Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2009 6 09 /05 /mai /2009 17:24
Stelarc au Centre des arts à Enghien

«La chair circule. Des organes extraits d'un corps sont insérés dans un autre. Le sang qui coule chez untel  circule chez tel autre.  Des ovules sont fécondés in vitro  grâce à du sperme congelé.  Des cadavres peuvent être conservés indéfiniment par plastination tandis que des corps dans le coma sont maintenus en vie grâce à des machines.  Des corps cryogénisés attendent de revenir à la vie pendant que des entités partiellement vivantes créées en laboratoire , prolifèrent.

Nous vivons à l'heure des morts des comateux et des chimères.»
  1 Stelarc, 2009
Stelarc est un artiste qui ne laisse pas indifférent.  Stelarc est  totalement engagé dans une pratique réellement extra-ordinaire et ceci depuis des années.
«
J’essaie d’étendre les capacités du corps en utilisant la technologie. J’utilise par exemple des techniques médicales, des systèmes sonores, une main robotique, un bras artificiel. Dans mes performances, il y a quatre sortes de mouvements : le mouvement improvisé du corps, le mouvement de la main robotisée qui est contrôlé par les signaux des muscles de mon estomac et de mes jambes. Le mouvement programmé du bras artificiel, le mouvement de mon bras gauche secoué, indépendamment de ma volonté, par un courant électrique. C’est, en fait, l’imbrication de ces mouvements volontaires, involontaires et programmés, qui me paraît intéressante» .
           



 2     3   4 
 
           
Le Centre des Arts d'Enghien-les-Bains (Val d'Oise) présente un choix de travaux de l'artiste. Certaines pièces sont actives, manipulables ou interactives. D'autres sont rendues par le biais de vidéos. La photo N°2 représente une œuvre constituée d'un portrait infographique de l'artiste et d'un clavier posté devant. On peut interroger l'artiste en lui posant des questions auxquelles il répondra oralement en reproduisant les expressions de son visage. La photo N°4 est un robot que l'on peut faire fonctionner. Il est doté d'un capteur identifiant la présence humaine et suit vos déplacements. Sur l'écran, à nouveau, le visage en mouvement de l'artiste. Au centre (photo N°3), une prothèse utilisée par Stelarc à l'occasion d'une de ses performances dont certaines sont projetées dans la salle d'exposition.
           


  5
      6    
      
Un des travaux récents (2007) les plus étonnants de Stelarc est cette oreille que l'artiste s'est faite greffer sur le bras (photos 1, 5 et 6). La vidéo montre l'opération  à la fois chirurgicale et artistique. L'artiste avait  souhaité incorporer un micro dans sa nouvelle oreille : il voulait diffuser sur Internet ce que cette dernière entendait, le tout envoyé par le biais d’une connexion Bluetooth. L’idée était ingénieuse mais suite à une infection, le microphone a dû être retiré. Stelios Arcadiou (Stelarc) explique  au New York Times : «l’oreille traduit l’idée que nous pouvons maintenant fabriquer des organes additionnels, connectés à Internet, afin de mieux fonctionner avec le monde technologique dans lequel nous vivons.».L'ambition de l'artiste était de partager avec les auditeurs du monde entier ce qu'il entendait, ou plutôt, ce que son bras entendait. En effet, l'oreille greffée dans le bras de Stelarc est augmentée de dispositifs électroniques, de sorte qu'il est possible de connecter cette oreille sur le réseau Internet. Les sons qui seront captés, du pavillon à l'oreille interne, seront diffusés sur le Web (voir sur ce site).

La troisième oreille.
           

  7       8    
           
L'artiste australien travaille sur le corps mais son intention est de rendre ce corps obsolète en utilisant ces technologies. Le corps est amplifié, prolongé, dépassé (photo N° 7). C'est d'une certaine manière la fin du corps, de son intégrité biologique telle qu'on l'a vécue jusqu'à présent. Stelarc ira jusqu'à dire que ce n'est plus le rapport homme/femme qui fait désormais sens  mais le rapport homme/machine. «Le corps doit éclater hors de ses contenants biologique, culturel et planétaire», affirme encore l'artiste.
Stelarc est donc quelqu'un qui ne laisse pas indifférent. Paradoxalement, on a affaire à un artiste qui utilise des moyens techniques, scientifiques fondés, donc, le plus souvent sur des connaissances liées aux sciences exactes, des moyens que l'on irait jusqu'à qualifier de
"propres", et malgré cela, ces pratiques artistiques sont toutes  empreintes d'une grande dramaturgie (voir les performances liées au body-art ou encore à ces opérations du corps qu'il met en scène comme des performances) voir de quelque chose de l'ordre d'un certain expressionnisme...
           
           
           
Le travail de l'artiste
           
Stelarc
Mécaniques du corps
10 avril-28 juin 2009
Centre des Arts
12-16 rue de la libération
95800 Enghien-les-Bains

contact
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

attraper les mouches

Fumier