Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2006 1 08 /05 /mai /2006 07:45


Hans Holbein le Jeune (1497/98-1543) est un des artistes les plus importants du XVIe siècle.

Le Kunstmuseum de Bâle présente jusqu'au 2 juillet 2006 une exposition consacrée à la période bâloise de l'artiste. Je suis revenu extrêmement heureux d'avoir pu me perdre dans la fascination pour ce peintre souvent considéré comme le Raphaël allemand.

En 1515 deux jeunes peintres arrivent à Bâle, ville qui est à l'époque un pôle culturel important en Europe (Erasme, illustre humaniste de son temps, et dont Holbein fera d'étonnants portraits, y travaille) ; ce sont deux frères, Ambrosius et Hans, les fils d'un peintre renommé d'Augsbourg : Hans Holbein, dit l'Ancien. Il suffira d'un an pour que Hans Holbein le Jeune se fasse connaître en représentant les portraits de Jakob Meyer, le bourgmestre de la ville, et de sa femme. Son parcours dans cette ville rhénane, qui va d'ailleurs lui accorder la citoyenneté en signe de reconnaissance, sera d'une très grande richesse. Holbein va traiter toutes sortes de sujets et un des plus étonnants de cette époque sera sans doute Le Christ au tombeau, qu'il peindra sur un panneau à l'exacte mesure d'un cercueil véritable : 30 cm sur 2 mètres ; ce Christ, présenté dans l'exposition, est un hallucinant cadavre en décomposition.


Mais, la Réforme commence à imposer ses choix et ses critères. Les images sont combattues ; Erasme, qui déclare : "Ici, les Arts ont froid", incite Holbein à s'exiler. Le peintre va fuir outre Manche et sera nommé, en 1536, peintre d'Henri VIII ; il deviendra alors en peu de temps le portraitiste officiel de la cour d'Angleterre.
Mais là, il s'agit d'une autre exposition qui se tiendra à la Tate Britain de Londres à partir du 28 septembre 2006 et qui relatera les années anglaises du peintre.

Hans Holbein est une figure imposante et trouble : c'est à la fois une puissance des personnages et une délicatesse des expressions ; ce sont des modèles au visage charpenté et un souffle de vent léger qui produit un petit désordre dans leurs cheveux. Le peintre montre des qualités évidemment hors pair pour la peinture mais également des audaces de génie que nous pressentons dans cette (même) peinture. Il est l'auteur de travaux de commande, mais aussi de sujets jamais traités par aucun des peintres de son époque (comme ce triste et beau portrait de famille, vraisemblablement dissocié de l'autoportrait qui était son pendant ; mais on sait qu'Holbein abandonna cette femme et les enfants qui posent à ses côtés pour aller en Angleterre).
Dans ses peintures, mais également dans ses dessins, il sait installer une présence à la fois forte et délicate. Je trouve d'une ahurissante beauté les portraits dessinés. Le dessin est sculptural et aérien à la fois. Le non-fini de ces portraits, dans la délicatesse de la représentation des vêtements, contribue à donner beaucoup de charme à ces modèles, même s'ils n'incarnent pas les canons de la beauté traditionnelle. Le dessin semble parfois d'une très grande modernité dans sa retenue, son côté quasiment minimal (voir le Portrait de Dorothea Meyer, née Kannengießer de 1525/26). Cette monochromie appliquée aux pièces vestimentaires contraint notre regard à retourner vers les visages et à buter sur les détails les plus sensibles de ces portraits que sont les yeux et leurs reflets, les commissures des lèvres, les ailes du nez ou bien encore le léger vallonnement du cou. Cette complexité, nous la pressentons également dans ce clin d'oeil à l'Italie, et plus précisément à Léonard de Vinci, dans le portrait qu'il fait de Laïs de Corinthe, cette dame de l'Antiquité qui monnayait ses charmes.


Et justement, ayons la curiosité de comparer le visage de Laïs et celui de la Vierge représentée dans la Madone de Darmstadt : c'est le même. Incontestablement le même modèle a posé pour la Vierge et pour la prostituée. Ce modèle a bien existé pour Holbein. Elle s'appelait Magdalena Offenburg et était une belle femme de l'aristocratie qui eut des relations très intimes avec le peintre. Holbein eut, de ce fait, des ennuis avec la justice.



Cette complexité que j'évoquais est perceptible dans l'ensemble de cette peinture. On la devine dans la figure de l'étourneau représenté dans le Portrait d'une dame avec écureuil ("a starling", l'étourneau prétexte à un jeu de mots autour du lieu d'habitation de la dame peinte, "East Harling"). C'est également la vague qu'il organise et met en scène, juste devant nos yeux, dans le somptueux tapis de la Madone de Darmstadt.
Les exemples seraient nombreux.

J'ai passé des heures à regarder le détail de chacune des oeuvres présentées magnifiquement dans ce musée de Bâle avant de reprendre la route de Paris. Il y a très peu de récits contemporains de l'artiste qui soient suffisamment crédibles ; mais malgré cette apparence et ce style que nous renvoient les personnages qui habitent les tableaux et les dessins du maître, il paraît que Hans Holbein le Jeune aurait eu une vie dissipée.
Holbein reste mystérieux et beau.

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

Jean 30/09/2011 11:35



Bonjour,


Dans un musée une fois, je ne sais plus lequel, j'ai vue le tableau d'un Christ couché, en décomposition très avancée, peut-être même étai-il vert. J'aimerais le retrouver mais je ne sais pas qui
en est l'auteur. Il me semble que c'est d'un peintre célèbre, probablement allemand. Il ressemble à celui de Grünewald, mais en pire (je veux dire plus décomposé...), et couché.


J'ai un exposé à faire sur le thème de "La mort du Christ à Venise". Je suis certain que l'oeuvre que je cherche est celle d'un Allemand, en tout cas pas d'un Italien. Merci pour votre aide.



holbein 01/06/2006 22:57

>Elisabeth : c'est gentil, je vous contacte.

Elisabeth 01/06/2006 20:57

Je reviens pour la 3 ° fois du Kunstmuseum, le catalogue en anglais est disponible. Je peux l'acheter et vous le faire parvenir.

holbein 14/05/2006 18:08

>Béat (Bâle n'est pas à 25 km, elle touche la frontière française et allemande)Oui, vous avez raison, je pensais à la ville de Mulhouse.

Béat 14/05/2006 14:58

Les bâlois sont pourtant les suisses-allemands parlant le mieux le français! Mais cela ne m'étonne guère: la Suisse est depuis quelques années sujette à de nombreuses querelles linguistiques. Les germanophones, coincés par leurs dialectes qu'ils sont seuls à comprendre, prônent de plus en plus l'usage de l'anglais comme langue «fédérale». Et cela mécontente évidemment les minorités, dont la francophone. Ajoutez à cela les soucis d'économie et vous avez toutes les conditions (ou toutes les excuses!) pour publier des documents en anglais!

(Bâle n'est pas à 25 km, elle touche la frontière française et allemande)

attraper les mouches

Fumier