Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 07:00
UNE MANIFESTATION TRIENNALE,
200 ARTISTES,
7 000 m2
SOUS LA NEF DU
GRAND PALAIS, jusqu'au 25 juin
15 POINTS DE VUE SUR L'ART D'AUJOURD'HUI

Cette Force de l'art va constamment osciller et hésiter entre une affirmation défensive liée à son titre sous forme de slogan (voir billet La Force de l'art, un titre...) et une volonté de rendre présente la notion de jeu, d"entertainment" (comme on dit), de participation ludique ou de proximité via des "objets sympas".

L'art contemporain serait un grand terrain de jeu, un parc d'attractions pour riches ou pour gens branchés (ou les deux, peut-être...).
Suite dans le prochain billet

illustration : Gérard Deschamps, série pneumostructures, 2004
photographie de l'auteur

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

espace-holbein 11/10/2009 15:07


Je vous remercie pour m'avoir donné (à mon insu) l'occasion de participer à votre désir de concrétude.
Je constate néanmoins que la Pièce com21/octobre/2009 n'a pas encore été déposée dans vos réserves.


borneyvski 10/10/2009 16:57



Madame, Monsieur


Bien plus qu’un commentaire, je me permets de vous déposer une œuvre d’art versée au catalogue du non-objet "Commentaires" sous le numéro : Pièce
com21/octobre/2009


Artiste d’art contemporain, je travaille essentiellement sur rien en collectant tous les événements de ma vie quotidienne d’artiste qui pourraient éventuellement
réussir à me permettre de produire une œuvre. Vous avez par cet article réussi quelque peu à rendre plus concrètes mes nombreuses œuvres absentes.


Merci.Olivier Borneyvski­   



holbein 20/06/2006 21:52

On est d'accord sur la démarche "critique de la société de consommation","critique de la société du loisir obligatoire", etc. : l'artiste cerne puis s'approprie un travers de la société, va le reproduire à l'identique, l'exagérer un peu. Quand on parle de critiue de... on est censé rejeter, ne pas s'associer, dénoncer l'affaire, etc. Or là, que se passe-t-il ? L'artiste refabrique les mêmes objets que le type lambda va trouver "beau", "sympa", etc. Ou est la critique? Que devient la dénonciation initiale? On est dans du kitsch et la critique est un prétexte.

bouchaib michel 20/06/2006 13:56

Gerard Deschamps a travers ses "pneumostructures" critique avec justesse la siciete de consommation et des loisirs dans laquelle nous sommes .ces oeuvres issues de la société industrielles sont a l image de celle ci :standardisees a des millions d exemplaires faisant de nous des etres impersonnels,robotisés, infantiles ,voulant vivre l instant présent  en niant le futur a l instart de ces oeuvres non perenne.C est gai ,plein de couleurs,bref de vie.Une des plus belles oeuvres de "la force de l art ".Andy Wharol aurait aimé.

holbein 05/06/2006 09:43

>Mitsou : je n'ai pas encore eu le temps d'écouter le contenu de contribution de Jean Baudrillard mais je me réjouis à cette idée, et merci pour le lien.
Nous sommes d'accord avec le fond du billet : une exposition, d'art contemporain ou non, n'est pas un parc d'attractions (les parcs d'attractions, précisément, sont faits pour ça : jouer leur rôle bien spécifique de parc d'attractions). Et les petits zazous sont pas tous des imbéciles : ils peuvent aussi aimer les oeuvres d'art, et pas nécessairement aux forceps ! C'est notre boulot de leur faire distinguer une exposition d'oeuvres d'art d'un Disneyland. Ce qui ne veut pas dire (et au contraire) qu'on s'interdise le plaisir et le jeu dans le rapport aux oeuvres.

attraper les mouches

Fumier