Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 07:57
Miroslav Tichý
  Il y a  actuellement au Centre Georges Pompidou à Paris une exposition bien singulière, c'est l'exposition Miroslav Tichý que j'ai évoquée ici.
Je dois vous dire que dès que je suis entré dans cette exposition, j’ai eu une sensation assez étrange.
Je connaissais vaguement l’histoire de
Miroslav Tichý, mais sans plus.
Et, de buter sur ces vitrines présentant ces appareils-photos improbables avec la légende qui les accompagne, voir ces petits bouts d’images, a priori, sans intérêt mais présentées comme des reliques et agrémentées d’explications justifiant leur intérêt, m’a donné l’impression d'être confronté à des pièces à conviction, à une volonté de montrer des preuves (tangibles) de l’existence de quelqu’un qui nous est soustrait (présenté comme sauvage, inaccessible). Comme si l’on cherchait à tout prix à me convaincre de la réalité  de cet artiste.

Et en lisant ces textes explicatifs dans ces vitrines, je me mets bizarrement à douter de l’existence de ce personnage dont la vie ressemble à un conte de fées.
Exemple :
«Ses lentilles étaient taillées dans du plexiglas, avant d'être polies avec du papier de verre, du dentifrice et de la cendre de cigarette,(...) »
C'est une belle image romantique et l'on éprouve un plaisir à se représenter immédiatement
cette figure isolée, inventive et géniale qui renvoie de l'artiste une image rassurante, sans compromis, fidèle à nos propres représentations de ce que doit être un artiste idéal, et lui procure, d'emblée, un capital de sympathie extraordinaire. Mais, néanmoins, à la lecture de cette légende dans la vitrine, je me dis, d'un point de vue strictement technique  : si l’on frotte du plexiglas avec du papier de verre, on obtient une opacité. La lumière ne passe pas (ou mal) et on n'a aucune chance de réaliser une image au contenu identifiable.
Bon, et puis cette idée du clochard génial, asocial,  qui construit une œuvre sans véritablement en avoir conscience et qui a un « découvreur » : le grand, l’immense, Harald Szeemann, qui le fait connaître au monde entier, et qui en fait une vedette internationale d’un jour à l’autre : ça fait rêver.



 
Voilà cette idée parfaitement saugrenue qui s’ installe dans ma tête au moment où je rentre dans l’exposition : « Ce type est une invention parfaite » ; par jeu, et aussi avec une grande joie je me plais  à en débusquer « les preuves »  au fil de ma visite :
     -un truc objectivement « mal fait », mais trop chiadé, (il y a un côté  «enlevé », un peu maniéré, je me dis.); une sorte de maniérisme, parfois, de préciosité du déchet, du rebut photographique.
   -une bordure de négatifs (avec ses petits trous) laissée sans raison apparente ou, pire, rajoutée, collée à côté de la photo découpée de femme  (on voit une petite zone noire, fine triangulaire et bizarre, parasite, non justifiée techniquement). Etc. Une façon très "l'air de ne pas y toucher" dans l'apparente négligence.


On n'arrive pas neutre dans une exposition. Nous sommes conditionnés par nos émotions esthétiques, par la sensibilité que nous portons intimement et qui régente, pour une grande part, le régime de nos réactions, mais il y a aussi , bien évidemment, ce que l'on sait, ce que l'on a vu auparavant dans d'autres expositions, ou ailleurs. Il faut savoir qu’il existe des impostures artistiques . Certaines sont annoncées comme telles et font l’objet d’œuvres d’artistes : une des plus connues est celle d’un photographe catalan : Joan FONTCUBERTA. Il s'agit d'un travail que je trouve extraordinaire ; travail composite fait de photographies (souvent retouchées, comportant des rajouts graphiques, parfois travaillées comme s'il s'agissait  d'objets d'archives, portant des traces du vieillissement), de dessins, d'installations mimant des dispositifs d'organisation d'expositions (scientifiques ou artistiques), de textes, de sculptures, "d'interview" filmées, etc.
Exemple : Il va travailler à l'invention d'un
bestiaire  extraordinaire, délirant, souvent drôle, mais dont il apportera les preuves dans les moindres détails. Ou bien, il prendra comme modèles les superbes tirages N/B du photographe allemand du XIXè siècle, Karl Blossfeldt qui photographiait de magnifiques plantes -comme s'il s'agissait de photographies d'architectures- , légendées  avec des noms latins (non moins sublimes) ;  Fontcuberta, lui, dans la série Herbarium, va en fabriquer de nouvelles, à l’identique, en combinant -de manière artisanale et soigneusement bricolée- des espèces impossibles à croiser ou en y introduisant -par des assemblages, très humoristiques mais difficiles à repérer au premier coup d'œil- des éléments animaux, par exemple. Et toujours de manière extrêmement crédible, bien sûr.
Il existe, évidemment, d'autres démarches artistiques allant dans ce sens.




 
Cette sensation d’être face à l’œuvre d’un artiste inventé de toutes pièces m’a conduit à un certain nombre de réflexions sur le processus de fabrication d’un artiste (qu’il ait une existence physique ou non).

Il existe un certain nombre d’ingrédients qui vont contribuer à la fabrication d'un artiste.
Un mythe se créé (comme on a eu le mythe de l’artiste maudit ou du génie méconnu, un topos qui va faire consciencieusement son chemin) et ce mythe va être entretenu par un folklore.
Ceci appliqué à
Tichý donnerait :
Ecole des Beaux-arts, désir d’être peintre.
Le contexte : le régime d’oppression communiste .
L’artiste refuse de s’intégrer et procède à un repli.
On entame une phase relevant d’une sorte de romantisme de l’artiste maudit.
L’internement en HP.
L’exil.
L’exclusion de l’atelier.
La marginalité mentale et physique.
La figure du solitaire.
Le personnage sauvage du misanthrope, le Diogène.
Le personnage est « habité » (ex ; il déclare p 151, catalogue : « Tout est régi par le rythme de la Terre. C’est ça qui est déterminé à l’avance. C’est ce qu’on appelle le destin»)
L’activité monomaniaque du génie isolé.
L’abondance et la régularité de la production.
Rapport trouble -voire inexistant- à la sexualité.
Bricoleur de génie.
Le geste artisanal.
Autodidacte (en photographie)
Néglige sa production artistique.
Il est « découvert » par un grand qui, comme dans les contes de fées va le propulser vers la reconnaissance. Parallèle avec DUBUFFET et les artistes de l’art brut.
Ne souhaite pas profiter du succès et continue à vivre de la même manière.
Est exposé « contre son gré »
Fabrique des pièces uniques (vintage)
L’idée d’authenticité,
L’idée de la force de l’instinct.
L’acte de création assimilé à une pulsion (l’art est au dessus de tout, il commande)
Un événement fondateur, à l'origine de sa création : le traumatisme qu'il vit à la suite de son  expulsion de l'atelier en 1972, et qui va déclencher l'activité créatice.
Des artistes contemporains importants s'intéressent à lui, comme Arnulf Rainer par exemple, avec qui il échangera des œuvres.

Toutes ces composantes sont prêtes à faire œuvre. Il s'agit d'organiser les pièces matérielles de cette œuvre potentielle pour la rendre lisible, la divulguer et lui donner une force et une crédibilité puisque lui, de toute façon, ne s'en chargera pas.





 
Alors qui est-il ce Miroslav Tichý, finalement ?  Une construction pure ? Une invention ? Un véritable artiste ?
Avant tout, il faut regarder les œuvres. C'est elles qui doivent éclairer notre appréciation et
fonder notre jugement. Le reste relève du folklore. Même si ces œuvres, pour certaines d'entre elles -le contexte chaotique de la vie de Tichý s'y prêtant-  peuvent avoir été assemblées, ordonnancées par un tiers (bouts de photos collés a posteriori sur de vieux  supports abandonnés par Tichý, par exemple ; c'est une hypothèse parmi d'autres, tout peut être imaginé), force est de constater que  beaucoup de ces photographies sont extrêmement belles et provoquent une émotion esthétique. Leur qualité et leur dimension plastique sont incontestables. Leurs faiblesses techniques produisent paradoxalement un excédent qualitatif et puis surtout, au lieu d'y voir simplement la matérialisation d'une concupiscence, c'est toute l'étendue d'un désastre existentiel qu'elle nous dévoilent. L'expression d'un tourment profond, poussé à l'excès, dénué ici de toute pudeur, va provoquer, sans doute, une sorte de compassion, mais surtout un élan, une empathie (artistique) faite d'identification à des pensées intimes et des désirs  partagés par tous. Toutes ces données, troubles et fortes confondues, font que nous entrons dans l'épaisseur d'une véritable dimension artistique.

Alors, rassurez-vous, braves gens :
Miroslav Tichý existe bien. On l'a rencontré. Il y a des preuves.
 
 
 
Mais de Miroslav Tichý, il y a également tout ce qu'on a fait de lui récemment, à son insu, et selon des catégories d'intérêt parfaitement étonnantes ; l'œuvre d'un artiste, à partir du moment où elle est diffusée ne lui appartient plus totalement. Je terminerai donc par quelques exemples trouvés au hasard des visites sur l'internet, devenu notre village :
 
       
       
Je me rends compte que je voulais évoquer plus largement le processus de fabrication d'un artiste -en étendant le propos et en évoquant notamment les processus de réseaux actuels, parfaitement opposés à celui-ci- mais j'ai continué à parler de Miroslav. Sacré bonhomme.

Dernier truc : on a retrouvé un document dans lequel on voit l'artiste jeune et déjà plein de talent :
ici.
       

Non, en fait, c'était l'avant-dernier ; le dernier truc, le voici : dans le cadre de l'exposition Tichý, une copine me suggère l'idée qu'il serait nécessaire de développer une action en direction du jeune public. Elle propose la plaquette suivante.
       
       
«Bon arrête, c'est pas drôle : tu respectes rien, d'abord...»
       
 
Miroslav TICHÝ

25 juin au 22 septembre 2008

Musée, Galerie d'art graphique
Centre Georges Pompidou, Paris
       
       

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

ap 21/07/2008 13:03

Suite aux
deux articles (dont pour ma part, j’ai apprécié les questions touchant à la
fabrication d’une figure artistique), j’ai donc écouté l'émission radiophonique
qui était évoquée, émission que j'ai trouvé fort drôle sans y trouver - sauf
peut-être dans l’intervention sur l’artiste exposé au centre Georges Pompidou -
 le soupçon d’un complot (et encore !). Il est intéressant à ce
propos d’avoir, de la part de la journaliste, imaginé ces figures crédibles
d’une production artistique contemporaine. Certes, l’artiste dont il est
question (Tichy) y est un peu malmené ; en fait non !  Car il
s’agit moins de la personne que du dispositif, de la scénographie et peut-être,
si j’ai bien compris le propos (et le nouveau commentaire semble le confirmer),
de la façon dont on fabrique un nouveau mythe.
Personnellement
je ne suis pas du tout impressionné par ce travail, assez commun somme toute,
(nous avons tous un fou de quartier exceptionnel !) qui relève plus de
l’Art Brut et de son cortège de collectionneurs que d’une démarche artistique.
Je sais que la frontière est parfois poreuse et que les étiquettes sont faciles
mais, pour avoir été lire les textes proposés par la fondation Tichy’Océan, il
apparaît bien que la vie et la démarche créative de cet homme sont on ne peut
plus chaotique. Son inventeur, Roman Buxbaum (ami, élève, protecteur,
collectionneur, promoteur…) ne s’en cache pas d’ailleurs.
La
question qui est posée par les deux articles me semble juste en cela qu’elle
interroge non la création d’un sujet porteur, « vendeur », mais aussi
toute l’hypocrisie institutionnelle qui en fait ses choux gras. La vrai
question est de savoir à qui profite cette course au pinacle, sûrement pas
 à l’auteur des ces images puisque, visiblement, il s’en fiche ?
 Le commentaire de Mr Lenot, indique que
l’existence d’une telle figure ne se conçoit pas sans mythe, autant dire que
sans mythe cette figure n’existe pas. Pourquoi broder sur une production
compulsive en faisant croire, à l’aide de références savantes, qu’il s’agit là
de la démarche d’un artiste alors qu’il ne s’agit semble-t-il que de la
manifestation d’une pathologie ? Pourquoi ne pas dire les choses telles
qu’elles sont : Tarzan était en pension, Tarzan était en chasse, Tarzan a
chassé, Tarzan a survécu aux méchants cocos, « Tarzan est à la
retraite ». C’est moins sérieux, je vous l’accorde, mais cela n’aurait pas
empêché de regarder ce travail pour ce qu’il est. Et parfois, c’est vrai, il y
a de beaux restes d’une éducation au regard (je pense ici aussi bien aux
dessins qu’aux photographies).

Lyliana 21/07/2008 11:56

Plongée entre mes "fétiches" océaniens et africains, je ne saurai participer avec pertinence à votre débat, choquée néanmoins par vos propos qui résonnent agressivement, Marc. Dans "mon monde", il n'y a pas d'artiste, on les a oubliés sciemment et le musée ne les a pas fabriqués pour autant. Il a érigé certaines oeuvres au rang de "chefs-d'oeuvre", donné une vie sociale à certains objets plutôt que d'autres, s'intéressant à leur pedigree, autrement dit à leur parcours occidental à travers les collections privées et publiques avec la documentation qui leur est attachée, par exemple ces fameux catalogues d'exposition dans lesquels ils figurent... (Je ne parle pas ici d'art contemporain africain, car ceci est encore une autre imposture, qu'est-ce qu'un artiste contemporain africain ?  cf. la position d'Hassan Musa http://detoursdesmondes.typepad.com/dtours_des_mondes/2007/06/hassan_musa_icn.htmLes articles d'Holbein sur Tichy m'ont interpellée, questionnée et ce dernier billet a su tiré d'une complexité, que l'on perçoit aisément, une vision effectivement claire du problème en une écriture synthétique ponctuée de clins d'oeil !

Lunettes Rouges 20/07/2008 00:04

Qu'il y ait construction d'un mythe, c'est certain, évident même, et j'y participe, comme d'autres, avec ambivalence, étant à la fois dedans et dehors. Séville et Pompidou y contribuent sans doute plus qu'Arles ou Francfort, mais ce n'est qu'une question de degré, Tichy ne se conçoit pas sans mythe.Et, en effet, au tout début, il y a eu des doutes sur l'existence de Tichy, et des vérifications.Mais que quatre ans après, sans se poser la question du travail fait par quelques conservateurs de poids, que je vous citais, on revienne avec ces mêmes interrogations (existe-t-il vraiment ?, est-ce bien lui qui fait ses photos, ses cadres ? et cette petite zone noire fine et triangulaire ? et ces traces de Bic frais ?) me paraît soit futile, soit relevant d'une théorie paranoïaque du complot, du même niveau que les tours du WTC qui s'effondrent toutes seules pour les besoins de l'assurance ou je ne sais quoi. Je ne sais pas si c'est un jeu, mais il fait un peu trop aisément fi du travail fait.Quant à mon texte dans le catalogue, ayant le privilège (appréciable à mes yeux) de n'être ni professeur, ni conservateur, j'ai écrit un texte, disons littéraire et non scientifique, que je n'ai jamais présenté comme un entretien. Que vous pensiez qu'un tel texte soit déplacé dans un catalogue est votre droit, ce n'était pas l'opinion de l'éditeur du catalogue qui m'avait commandé ce texte. Mon texte dans le livre de König est plus académique, et correspondait à une demande différente.Quant aux sous-titres citant Tichy, je me suis contenté d'en revoir la traduction en français et de corriger les fautes (que vous pouvez voir dans le DVD).Et pour Joan Colom, en effet le temps vous donnera raison, sans doute pour lui d'abord, puis pour moi, puis enfin pour vous, vu votre relative jeunesse. Le temps, sur ce sujet, donne toujours raison, hélas.

espace-holbein 18/07/2008 14:52

Je ne doute pas de ce niveau de complexité et vous comprendrez que je ne peux évidemment pas entrer dans un détail qui rendrait la lecture d’un blog trop fastidieuse ;  mais je trouve essentiel de poser les problèmes, d’amorcer une analyse, et surtout d’éviter d’en rester à une  vision de catalogue (les médias habituels de diffusion de l’actualité culturelle s’en chargent et savent très bien le faire).En second lieu, vous aurez compris la dimension du jeu (si essentielle dans la pratique de l’art contemporain) qui m’a animé dans ma relation à cette exposition (on nous présentait des « jouets » dans la vitrine : à nous de nous en saisir…) et qui m’a enchanté jusque dans la prestation de l’émission de Radio Libertaire (j’apprécie que vous ayez pu l’écouter). Cette émission, comme vous le soulignez, était parodique mais nullement « parano-complotiste ». Pour s’en convaincre, il suffit de relire les deux articles laissés sur mon blog autour de Miroslav Tichý  : ce sont des transcriptions de mon intervention à la radio (excepté la fin du second article que je n’ai pas eu le temps d’aborder en direct).Je tiens, d’autre part, à souligner qu’en règle générale, je n’endosse pas obligatoirement la responsabilité de propos formulés par la personne qui me tend un micro. En l’occurrence, chacun est libre de ses idées et je ne suis donc pas responsable de propos tenus par un tiers : comme je l’ai dit : vous vous reporterez à mes deux  textes sur ce blog ainsi qu’à l’enregistrement de ladite émission que l’on peut encore podcaster. Pour ce qui concerne la question du « mauvais goût », que vous semblez épingler, je pense que vous aurez sûrement lu les papiers que j’ai faits sur Pierrick Sorin ou Présence Panchounette -ainsi que d’autres, plus anciens, sur Broodthaers ou Filliou- pour vous convaincre de la relativité de ce que l’on appelle le « bon goût » ou le « mauvais goût » (ce qui, pour le coup, revient au même). Ce sont des questions dont on a débattu largement au 20ème  siècle (et même avant, d’ailleurs) et rappelons que nous sommes maintenant passés au 21ème…Quant à Joan Colom, c’est une bonne nouvelle (pour lui ;-) !Mais, malheureusement, le temps finira par me donner raison…Plus sérieusement, j’ai lu avec beaucoup d’attention votre participation au catalogue de l’exposition Miroslav Tichý. D’un point de vue scientifique, je me suis interrogé sur la nature de ce texte, ou plutôt sur son statut : ceci prend la forme d’une « interview » avec Tichý (or, apparemment vous ne l’avez pas rencontré). Le rapport quantitatif, questions/réponses est étonnamment d’un très grand déséquilibre (les « questions » –matérialisées en noir- occupent 98% du texte par rapport aux «réponses» de Tichý  –en bleu-, qui modestement n’occupent, elles, que le reste d’une portion très congrue. Les « questions » qui sont posées –riches de détails, de références extérieures à Tichý  et de définitions- sont formulées de telle sorte qu’elles deviennent, si j’ai bien compris, l’expression personnelle de votre compréhension de l’œuvre et du personnage de Miroslav Tichý,  et vous semblez lui demander de se conformer à cette figure dont vous dessinez très très précisément le profil. S’agit-il donc véritablement de ce que l’on appelle une interview, ou d’un entretien ? Non, évidemment. Il ne s’agit pas non plus d’un texte théorique sur une figure artistique contemporaine ni d’un texte biographique sur l’artiste (les autres contributeurs s’en chargent très brillamment, d’ailleurs).Il est indiqué, à la fin de cet  « entretien » avec Tichý  :« La plupart des citations de Miroslav Tichý  signalées en bleu sont extraites d’entretiens avec Harald Szeemann, etc. (…) ».Puis : « Sous-titres en français revus par Marc Lenot ».Ce qui fait que je continue à m’interroger sur le statut de ce texte (lié à sa forme et à son contenu) au sein d’un catalogue qui, comme tous les catalogues, doit rendre compte d’une exposition qui -de surcroit- est la première, en France, de l’œuvre de Tichý, et qu’il s’agit d’une œuvre qui soulève un certain nombre de questions.Je serais satisfait d’en discuter avec vous. N’hésitez donc pas à faire profiter les lecteurs de votre participation, si rare et si précieuse, aux commentaires dans les blogs consacrés à l’art.

Lunettes Rouges 17/07/2008 20:00

Qu'il y ait là une dialectique intéressante sur la construction d'un artiste par le système, c'est évident, et d'ailleurs autrement plus complexe que ce que vous esquissez ici.Par contre, même si c'est 'vendeur', émettre une théorie du complot me paraît douteux (sans parler de mauvais goût). Imaginez vous quand même que Szeemann, Bezzola, Bajac et quelques autres ont fait, bien avant vous, un travail sur les photos elles-mêmes, autrement plus sérieux que votre découverte d'une "petite zone noire, fine triangulaire et bizarre, parasite, non justifiée techniquement" ou que les propos de votre intervieweuse dans l'émission parodique et parano-complotiste de Radio Libertaire à laquelle vous participiez mardi soir, affirmant que "les traces de Bic sont toutes fraîches, c'est évident".Votre analyse, par ailleurs très pertinente, aurait gagné à éviter de tels chemins, "qui sont sales et qui puent". Et pour info, Joan Colom est toujours vivant.

attraper les mouches

Fumier