Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 07:00
Chronophotographie
Images sans voix


Je vous aime
chronophotographie de la parole par Georges Demeny, 1891
Beaune, Musée E.J.Marey
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 07:00

31 JANVIER 2007 Sommaire de janvier 2007

30
JANVIER 2007 NICÉPHORE le Patriarche

29
JANVIER 2007 Franz KAFKA

28
JANVIER 2007 W.J.T. MITCHELL

27
JANVIER 2007 Marie-José MONDZAIN

26
JANVIER 2007 Grégoire le Grand

25
JANVIER 2007 Hervé GUIBERT - L'image

24
JANVIER 2007 David SHRIGLEY - Yvon Lambert

23
JANVIER 2007 Paul VIRILIO

22
JANVIER 2007 Gary HILL - Frustrum

21
JANVIER 2007 Agnès VARDA - Panthéon - Les justes

20
JANVIER 2007 Marcel BROODTHAERS - Le Monde poétique


18
JANVIER 2007 Marcel BROODTHAERS

17
JANVIER 2007 Marcel BROODTHAERS - Andy WARHOL

16 JANVIER 2007 Andy WARHOL - Marcel BROODTHAERS

15 JANVIER 2007 Wim DELVOY 2.

14JANVIER 2007 Wim DELVOY

13 JANVIER 2007 Robert LONGO

12 JANVIER 2007 Jean-Pierre VERNANT

11 JANVIER 2007 Joan FONTCUBERTA

10 JANVIER 2007 Jacques-Henri LARTIGUE

09 JANVIER 2007 Faux se souvenir

08 JANVIER 2007 Les peintres de la vie moderne

01
JANVIER 2007 Bonne année 2007

....
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image



Si l'on supprime l'image, ce n'est pas le Christ mais l'univers entier qui disparaît.

Nicéphore le Patriarche

cité par Régis DEBRAY dans
Vie et mort de l’image, Éditions Gallimard, 1992
 p 75


 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image


4 mai
Sans cesse l'image d'un large couteau de charcutier qui, me prenant de côté, entre promptement en moi avec une régularité mécanique et détache de très minces tranches qui s'envolent, en s'enroulant presque sur elles-mêmes tant le travail est rapide.

Franz Kafka
Journal de Kafka
année 1913
Éditions Bernard Grasset, Paris,1954 (réédition 1977), p 275

 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image


La différence la plus fondamentale entre les mots et les images semblerait être la frontière physique, «sensible», entre les domaines de l’expérience visuelle et auditive. Quoi de plus fondamental que la nécessité brute de la vision pour juger d’un tableau, et de l’ouïe pour comprendre le langage ? Même le légendaire fondateur de la tradition d’ut pictura poesis, Simonide de Céos, reconnaît qu’au mieux, «la peinture est poésie muette». La peinture peut aspirer à l’éloquence des mots, mais elle ne peut parvenir qu’au genre d’articulation du langage dont disposent les sourds-muets, le langage des gestes, des signes et expressions visibles. La poésie, en revanche, peut aspirer à  devenir une «image parlante», mais il serait plus exact, pour qualifier ce qu’elle parvient réellement à être, de reprendre la formule de Léonard de Vinci : un genre de «peinture aveugle». Les «images» de la poésie peuvent parler, mais nous ne pouvons pas les voir réellement.

W.J.T.  Mitchell
Iconology
University of Chicago Press
Chicago et Londres, 1986, p 116

 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image


La mimésis est l'acte par lequel l'image rejoint l'image, puisque c'est l'image qui est le prototype. L'image s'est faite chair. Dès lors, que sera la chair de nos images ?

Marie-José Mondzain
Image, icône, économie
Éditions du Seuil, Paris, 1996, p 112

 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image


Adorer une image est une chose ; apprendre en profondeur, au moyen des images, une histoire vénérable en est une autre. Car ce que l’écriture présente au lecteur, les images le présente aux illettrés, à ceux qui ne peuvent percevoir que visuellement parce que, dans les images, les ignorants voient l’histoire qu’ils devraient entendre et ceux qui ne connaissent pas leurs lettres découvrent que, d’un certaine manière, ils peuvent lire. Par conséquent, et surtout pour les gens du commun, les images sont l’équivalent de la lecture.

Pape Grégoire Le Grand (VIe s)
Synode d’Arras, chap XIV, In Sacrorum Nova et Amplissima Collectio,
Éd. J.D. Mansi, Paris et Leipzig, 1901.
Cité par Umberto Eco dans Il problema estetico di Tommaso d’Aquino, Fabbri, Milan, 1970
 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 07:00
L'Image


Je ne saurais pas vous dire cela plus simplement : l'image est l'essence du désir, et désexualiser l'image, ce serait la réduire à la théorie...

Hervé Guibert
L'Image fantôme
Éditions de Minuit, 1981, p 89
 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 07:00
    David Shrigley
galerie Yvon Lambert, jusqu'au 27 janvier



                   

Organisation de la vie d’artiste : « Je me lève vers 9.00 du matin, je me couche à minuit et entre-temps je suis éveillé. » (dixit David Shrigley).
 
Le 24 octobre, j’écrivais dans un billet intitulé Hate :
«David Shrigley est un type de près de deux mètres de haut. Une vision de périscope déformant sur le monde. Artiste écossais déguisé en panoptique-déconnant, il joue les raccourcis féroces et organise les dérèglements. Fout des courts-circuits dans les images à l'aide des mots (ou c'est peut-être bien le contraire ; ou l'inverse du contraire, ou le contraire dans l'autre sens. Justement, à ce propos, le non-sens c'est  son affaire).»
 
D.S. c’est ça. Mais c’est encore totalement autre chose. Les dessins qu’il accroche aux cimaises des galeries sont maladroits. Mais une maladresse d’une grande maîtrise. La maladresse élevée au rang de savoir-faire !

Il écrit dans ses dessins. Parfois l’écriture remplace complètement le dessin. C’est mal écrit. Les mots sont raturés, biffés, hésitants, ratatinés au bout de la page. Et ce qu’ils racontent ces mots c’est amusant et franchement sinistre à la fois,….quelquefois («des fourmis baisent dans ta bière»). C’est tendre et laid, d’autres fois («viens jouer à saute-mouton»).
 
                   
C’est souvent étrange et décapant. Nos petites phobies d’enfants que l’on traîne jusque dans nos têtes d’adultes, il les épingle, mine de rien. Nos petites habitudes étriquées de la mince folie du quotidien, tiens, tiens…non, ce petit avorton mal foutu, aux orbites creuses, aux bras d’insecte, ça ne me ressemble pas (ouf !). C’est inquiétant, radical et léger. Une cruauté de l’ordinaire. Un banal de l’absurde. Des traits grossiers qui capturent le bancal. Mais ça fait rire.
                   







                   
Ca fait rire comme ce petit film d’animation très court, projeté au sous-sol de la galerie (Le Studio) : la petite histoire cruelle et décalée d’un type qui va à la laverie et met son cheval dans la grosse machine à laver. Le gérant lui fait remarquer le panneau : pas de chevaux dans les machines à laver ou dans les sèche-linge». Lui, ne veut pas interrompre le cycle de lavage pour ne pas perdre son argent. Menace du patron, etc.
Le dessin est le même, enfantin, mal proportionné, d’une radicalité dans la simplicité. En revanche le son est extrêmement soigné.
C’est drôle. Absurde et drôle.


Ce type ne peut pas le faire exprès. Mais bien sûr qu'il le fait exprès. Ou plutôt, peut-être qu’il ne peut pas faire autrement, alors il en remet ; il cultive le raté, l’énorme, le mal foutu, le trait grossier, à l’image de ce qu’il raconte sur son incapacité à bien dessiner les femmes dans le magazine berlinois Mono.kultur : « C’est bien plus facile de dessiner des avortons que des gens très beaux. Je ne suis pas doué pour dessiner les femmes ; du coup j’ai fini par dessiner beaucoup d’hommes difformes.»
                   
David Shrigley sévit à nouveau chez Yvon Lambert : YOU AGAIN ! Et c'est un réel bonheur.
                   
photographies de l'auteur



A la galerie Yvon Lambert (Le studio) jusqu'au 27 janvier 2007


                   

                 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 07:00
L'Art à perte de vue


Avant le visible, il y a le caractère profane du pré-visible, mais, après le visible, ne subsistent que l'imprévisible, l'inattendu et la révélation de l'accident de la connaissance.

Paul Virilio
L'Art à perte de vue
Éditions Galilée, 2005, p 102
 
 
Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

attraper les mouches

Fumier