Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 07:02
 
Jason Dodge
galerie Yvon Lambert



Dodge424-100.jpg   RUBIS INSIDE OF AN OWL
Pendant le processus d'embaumement des rubis ont été placés à l'intérieur d'un hibou
         
Dodge428-100.jpg   INTO BLACK
Du papier photographique non développé a été exposé pour la première fois au lever du soleil le jour de l'équinoxe vernal 2007 dans six endroits différents.
         
Dodge416-100.jpg  

THE VIOLA DUO OF BELA BARTOK
Juan Lucas Aisemberg et Manon Gerhardt ont exécuté les duos de Bartok en privé et sur un nouvel ensemble de cordes.

Les cordes enlevées après la performance ont seulement eu cette musique jouée avec elles.

         
Dodge410-100.jpg   ABOVE THE WEATHER
En Algérie Djidjiga Meffrer a tissé une tapisserie avec un fil égalant la distance de la terre au dessus de la troposphère.
         
Dodge427-100.jpg   MINUTES AND HOURS POINTING NORTH
Les aiguilles d'une horloge publique pointant vers le Nord.
         
Dodge422-100.jpg Dodge421-100.jpg POISON HEMLOCK BENEATH A WALLAND IN TWO ROOMS
Une capsule d'or remplie de graines de cigüe dans un mur.
         
Dodge415-100.jpg   RINGING THROUGH CHIMNEYS
Une cloche a été attachée à la brosse du ramoneur Jörg Häuseler pendant le nettoyage de printemps des cheminées dans un quartier de Berlin.
         
Dodge402-100.jpg   EDITH H.ILMANEN
Le nom E-dith-H.IL-Ma-Nen divisé en syllabes a été porté par une équipe de pigeons voyageurs de Berlin vers Paris
         
Dodge413-100.jpg Dodge412-100.jpg

THE LETTER L.THE LETTER M.THE LETTER N.
La marque d'une porte sur un mur
         
Dodge409-200.jpg Il est étonnant de pénétrer dans une galerie d'art et d'y voir exposées des œuvres sur le mode d'une extrême économie. Le voir est dans la retenue la plus radicale. Les pièces présentées n'en prennent que plus d'intérêt ; elles concentrent une force qui de toute évidence se situe ailleurs, souvent en dehors de leur propre présence.
C'est ce qui se passe dans cette exposition de Jason Dodge à la galerie Yvon Lambert. Les objets exposés sont dans la majorité des cas de simples objets, sans valeur apparente. Un panneau, installé au centre de l'espace de présentation, nous renvoie à leur histoire, à une fiction les concernant. La notion du temps, la dimension poétique, celle de l'énigme traversent ce travail produit par un artiste qui soigne le mode d'installation. Les pièces ainsi disposées dans cet espace épuré semblent entretenir un échange ; il y a une sorte de logique informulable.
Rappelons-nous le fameux less is more, encore d'actualité.
Un travail plastique très subtil.

Jason Dodge vit à New York. Né en 1969.
         
Les textes écrits en italiques correspondent à ceux écrits sur le panneau installé au centre de l'espace de présentation.

Galerie Yvon Lambert 2 juin - 22 juillet 2007


photographies de l'auteur.
         
         
         
Repost 0
31 mai 2007 4 31 /05 /mai /2007 08:45








31 MAI 2007 Sommaire de mai 2007

30 MAI 2007 Anselm KIEFER

29 MAI 2007 Glen BAXTER

28 MAI 2007 KOMAR & MELAMID

27 MAI 2007 Karen KNORR

26 MAI 2007 LAWICK & MULLER

25 MAI 2007 Martin PARR

24 MAI 2007 Joseph KOSUTH

23
MAI 2007 Olafur ELIASSON

22
MAI 2007 Pablo PICASSO

21 MAI 2007 Agnes MARTIN

20
MAI 2007 VELAZQUEZ

19
MAI 2007 Art et sincérité

18
MAI 2007 Film - BECKETT .2

17
MAI 2007 Film - BECKETT

13
MAI 2007 Elin EGGERTSDOTTIR

11
MAI 2007 Edvard MUNCH - Fondation Beyeler

09
MAI 2007 Jean-Luc VILMOUTH - White Building

07
MAI 2007 Jean-David GRASSIAN

03
MAI 2007 Le Style et la Signature

02
MAI 2007 L'arbre

01 MAI 2007 Pedro MEYER



....
Repost 0
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 09:48
 
Anselm Kiefer
Chute d'étoiles
Monumenta 2007
Grand Palais
du 30 mai au 8 juillet



kiefer1-200.jpg Être poète ou être peintre ?
Anselm Kiefer a hésité. Et puis, d'une certaine façon, il n'a jamais tranché. Et l'on retrouve ces deux axes forts dans cette présentation qu'il fait de ses œuvres créées spécialement pour la nef du Grand Palais à l'occasion du nouveau rendez-vous : Monumenta.

Monumenta est un événement auquel peu d'artistes pourront participer car il s'agit bien de confronter une pratique artistique de renommée internationale à un espace, à un lieu, à une architecture extraordinaires : la nef du Grand Palais à Paris.

La démesure d'un artiste face à celle d'une architecture.

Anselm Kiefer est né en 1945, en Allemagne. La forme qu'il va donner à son travail sera en relation intime avec ses origines, son histoire. Et cette Histoire, il va l'interroger sans relâche. La nature va également le préoccuper et puis l'homme dans sa relation au monde, l'homme en général. Les mots et la poésie seront toujours présents, intégrés dans les toiles, les installations et les sculptures.

Dans cette exposition, deux poètes sont convoqués : Paul Celan et Ingeborg Bachmann qui sont deux poètes de l'engagement et de la mémoire. Les mots pour lutter contre l'oubli. Il ne s'agit pas d'occulter l'histoire de l'Allemagne mais au contraire de la retravailler et de tenter, à l'aide du langage, de forger des armes contre l'oubli et la barbarie. La question maintes fois posée et reprise par ces deux poètes est bien sûr de savoir si la création artistique (ici la littérature) est toujours possible après la Shoah.

         
kiefer2-100.jpg kiefer3-100.jpg kiefer4-100.jpg kiefer5-100.jpg kiefer6-100.jpg
         

La fascination qu'exercent ces deux poètes sur Kiefer et le bouleversement produit par ces deux œuvres vont être à l'origine de pièces gigantesques faites de béton, de métaux, de plomb, de verre, de terre, de végétaux, de pâtes épaisses et de peintures, d'agglomérats de toutes sortes, de constructions écroulées, d'objets en déséquilibre, de mots forts et énigmatiques pris dans la matière, d'extraits organiques, d'écritures et de matériaux divers.
Il existait, dans l'exposition, une tour de dix-huit mètres de haut. Anselm Kiefer, après l'avoir érigée et considérant son côté factice, l'a écroulée au bulldozer, organisant ainsi un éboulis-catastrophe, souvenir d'une violence dont les traces sont les gravats que nous foulons en déambulant dans ce lieu qui nous rappelle les cicatrices de l'histoire.

L'œuvre est titanesque, tragique et mélancolique à la fois. Mais nous ne sommes pas dans le symbole. Le visiteur est dans la confrontation physique ; et comme le fait remarquer Philippe Dagen dans la plaquette de l'exposition : «Anselm Kiefer n'est pas un artiste de la représentation, mais de la présentation -de la présence serait un mot encore plus juste. Il ne peint pas dans l'espace factice de la toile, mais agit dans l'espace réel de l'atelier, de Barjac ou du Grand Palais. (...) Il ne figure pas, il matérialise. Il ne s'en tient pas à l'image ou aux symboles de la folie humaine de la destruction : il oblige à marcher entre les gravats et le long de paysages carbonisés où rouillent des carcasses.»

         
kiefer7-100.jpg kiefer8-100.jpg kiefer9-100.jpg kiefer10-100.jpg kiefer11-100.jpg
         

Chute d'étoiles
est déclinée en huit zones, tantôt ouvertes tantôt closes. Certaines sont d'une exceptionnelle beauté, notamment celle dédiée au Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline. On y voit une accumulation d'immenses tableaux faits de matériaux composites et de peinture montrant des mers démontées et des naufrages. La bibliothèque de livres de plomb est somptueuse également.
L'œuvre est impressionnante ; l'acte artistique est fort, à la mesure du lieu.
Le triste souvenir de la Force de l'Art et de l'inadéquation de ses modules au volume du lieu de présentation n'est plus qu'un mauvais souvenir. La preuve que l'on peut réussir.
         
« (...) Est sublime ce en comparaison de quoi tout le reste est petit.»

Emmanuel Kant


photographies de l'auteur

Monumenta, au Grand Palais, du 30 mai au 8 juillet 2007
         
         
Repost 0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 06:23
  Glen Baxter
         
baxter2-200.jpg



Glen Baxter,



"Looks like your slipping inexorably into figuration" drawled the eminent critic "
2006
encre et crayons sur papier
135 x 112 cm



+ meninas

         
         
Repost 0
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 19:44
  Komar et Melamid
         
komar-melamid-200.jpg


Komar et Melamid


"
L'Origine du Réalisme Socaliste"
1982-1983






+ meninas

         
         
Repost 0
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 18:53
  Christophe de BRESSIEUX
galerie Tanya Haddad
jusqu'au 21 juillet 2007



de-bressieux-200.jpg Christophe de Bressieux est un artiste qui a montré assez peu de choses jusqu'à présent, si ce n'est dans des lieux parfois inhabituels ou dans des circonstances  souvent particulières. Son travail se caractérise par une production éclectique et particulièrement énigmatique dans ses centres d'intérêt et dans la mise en scène de ses œuvres.
La galerie Tanya Haddad lui donne aujourd'hui l'occasion de montrer des travaux purement photographiques d'une grande sobriété et d'une grande force. Il s'agit d'une série intitulée L'Envol de la Mésange présentant de très grands tirages du petit oiseau apparemment mort, sans blessure apparente. Une belle forme propre, délicate, où la notion d'espace est à la fois perturbée par l'immensité du sujet photographié et la neutralité du fond. Les points de vue sont variés d'un tirage à l'autre et la mise au point est faite à chaque fois sur un détail différent de la mésange : tantôt une plume particulière de l'aile, tantôt le bec ou bien encore le duvet du ventre jaune ou le gris bleuté d'une patte.

Le titre de cette série,
l'Envol de la Mésange, est énigmatique : il y a en effet une contradiction à nommer "envol" une représentation figée et définitivement figée puisqu'il s'agit d'un petit animal sans vie. Nous sommes vraisemblablement en présence d'une des nombreuses variantes des Vanités si chères au XVIIe siècle. Le précieux petit animal aux couleurs délicates dont la particularité est de voler -chose que l'homme ne fera jamais- est pétrifié, figé dans la mort, tout en gardant à la fois son intégrité physique et toute l'étendue de sa séduction.
La taille exagérément grande de l'oiseau représenté sur les tirages renvoie à l'échelle humaine et le spectateur à ses propres interrogations. Et c'est bien là que ce travail exerce une grande force à la fois  dans sa retenue, dans sa sobriété et dans son pouvoir de conviction.
                   
                   
photographie de l'auteur
(
œuvres : photographies couleur sous diasec)


galerie Tanya Haddad,
7 place Jean Grandel, 92230 Gennevilliers

jusqu'au 21 juillet 2007
                   
                   
Repost 0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 07:43
  Karen Knorr
         
knorr-200.jpg


Karen Knorr,

extrait de la série Imitation
"La Fille de Dibutade"
1994-1995






+ meninas

         
         
Repost 0
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 07:08
  Lawick et Muller
         
lawick-muller-200.jpg



Lawick et Muller,

extrait de
"La Folie à deux"
1995-1999









+ meninas

         
         
Repost 0
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 07:00
  Martin PARR
         
parr-200.jpg



Martin Parr,

extraits de
"Common Sense"
1995-1999




+ meninas

         
         
Repost 0
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 06:04
  Joseph KOSUTH
         
kosuth-200.jpg



Joseph Kosuth,

"One and Three Chairs"
, 1965
CNAC, Centre Georges Pompidou, Paris,

(Une et trois chaises)
Installation : chaise en bois et 2 photographies
200 x 271 x 44 cm

+ meninas

         
         
Repost 0

attraper les mouches

Fumier