Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 07:20
ruines
wenders3-300.jpg wenders5-300.jpg
wenders1-300.jpg wenders10-300.jpg
wenders9-300.jpg wenders7-300.jpg
   
   
Les ailes du désir (photogrammes) Wim Wenders ruines

   

Entre le Berlin éventré, anéanti, apocalyptique des images d'archives, le Berlin contemporain du tournage et qui porte encore lourdement les stigmates de la guerre dans ses no man's lands, ses ruines entourées de boue et de bâtiments construits dans l'urgence et le Berlin reconstitué du film dans le film, les anges circulent, regardent, écoutent, se parlent pour finalement éprouver du désir, envier la triste et belle condition des mortels et retrouver des couleurs.

Les ailes du désir est ce très beau film de Wim Wenders (sorti en 1987) qui a même gagné jusque dans la traduction de son titre en français, ce film long et lent que je ne me lasserai jamais de regarder et de regarder encore.



Repost 0
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 07:08
ruines
 
rossellini-anno-uno4-300.jpg rossellini-anno-uno3-300.jpg
rossellini-anno-uno1-300.jpg rossellini-anno-uno2-300.jpg

Anno uno (photogrammes) ........Roberto Rossellini.......... ruines

...  
1944, Italie du sud

Les bombardements blessent ou anéantissent les vies et les paysages. Ce sont les premiers moments de ce film de Rossellini (tourné en 1974), moins connu que Allemagne année zéro, et qui retrace l'histoire de cette Italie de l'immédiate après-guerre et de sa reconstruction politique. Une Italie qui renaît de ses cendres et émerge de ses ruines encore fumantes.


Repost 0
27 septembre 2007 4 27 /09 /septembre /2007 07:04
ruines
rossellini-annezero5-300.jpg rossellini-annezero6-300.jpg
rossellini-annezero1-300.jpg rossellini-annezero2-300.jpg
rossellini-annezero4-300.jpg rossellini-annezero3-300.jpg
   
   
Allemagne année zéro (photogrammes) Roberto Rossellini ruines

   

En 1947
Rossellini se rend à Berlin pour tourner Allemagne année zéro . Dans ce film, Edmund, un petit garçon tente de grandir dans un monde brisé par la guerre. Aucun espoir n'est permis. Tout a été anéanti ; le paysage qui l'entoure ressemble à une convulsion, à un délire. Rien d'acceptable. La règle pour tous est de survivre dans ce champ de ruines. Une épreuve l'attend : mettre fin à la vie de son père qui souffre et n'espère plus rien. Ce qu'il va faire, pensant accomplir un acte de clémence. Mais le plus dur sera après. Il ne reste plus pour ce petit garçon que le désespoir et il finira par se jeter dans le vide.

Un acte désespéré, courageux et solitaire, en écho au suicide d'un pays tout entier.
Repost 0
26 septembre 2007 3 26 /09 /septembre /2007 09:00
ruines
rossellini-paisa1-300.jpg rossellini-paisa2-300.jpg
   
Paisà (photogrammes) Roberto Rossellini ruines

   
Le débarquement, sud de l'Italie. Les bombardements engendrent un monde de ruines et de chaos. Un soldat noir américain ivre, effondré sur un amas de pierres et poutres écroulées. Le conquérant raconte à un petit gamin qu'il ne veut plus retourner chez lui en Amérique, que, là-bas, il vit dans une bicoque misérable au toit de tôle légère. Qu'il est bien ici. Qu'il veut rester. Le petit garçon lui dit qu'il va lui voler ses chaussures. Ce qu'il fait. Le soldat, quelques temps après, retrouve son voleur et lui demande de le conduire chez lui afin de récupérer ses chaussures. Or ce soldat pauvre va tomber sur une misère encore plus noire que la sienne : une cour des miracles, un petit peuple de relégués, d'exclus, qui vivent entassés dans une grotte car leurs maisons ont été rasées. Le soldat, abasourdi, abandonne au moment où le petit garçon lui annonce qu'il est orphelin et que ses parents sont morts sous les bombes, "boum...boum..."

Le film Paisà a été réalisé par Rossellini en 1946.




   
Repost 0
25 septembre 2007 2 25 /09 /septembre /2007 07:43
  ruines
imamura1-300.jpg imamura4-300.jpg
imamura8-300.jpg imamura10-300.jpg

Pluie noire (photogrammes) ........Shohei Imamura.......... ruines

今村 昌平

...  
Six août 1945, 8h 15, Hiroshima, Japon.

Dans les premiers moments de ce film sorti en 1989, Pluie noire, Shohei Imamura procède à une reconstitution de l'instant de l'explosion et de ses terribles et immédiates conséquences sur les gens et le paysage.

Des fantômes dépecés, hagards et assoiffés errent parmi les ruines et les amas de ferraille et de gravas. On ne peut filmer l'apocalypse. Les paysages, comme les corps et les cerveaux, sont ruinés à jamais.
...  
Repost 0
24 septembre 2007 1 24 /09 /septembre /2007 06:44
 figures
suzuki27-300.png suzuki28-300.png
suzuki25-300.png suzuki26-300.png
   
La barrière de chair   (photogrammes)        Seijun Suzuki              figures

鈴木 清順

   
Une fille rouge, une jaune, une verte, et une violette ; quatre prostituées jaillissent d'un chaos fait de ruines sombres et calcinées. Des corps bien vivants aux couleurs criardes dans des décors épurés.
Dans ce film la couleur est associée aux sentiments, au désir.

   
Repost 0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 07:56
ruines
suzuki13-300.png suzuki12-300.png
suzuki11-300.png suzuki17-300.png
   
La barrière de chair (photogrammes) Seijun Suzuki ruines

鈴木 清順

   
Le monde après la bombe ; le Japon de l'immédiate après-guerre. La loi du plus fort règne sur cet amoncellement de ruines. Le gris des cendres, celui de la poussière, le gris noir ou bleuté de la nuit, c'est l'univers glauque et terrifiant où un ordre cherche à percer sous les décombres. Une fille rouge, une jaune, une violette et une verte, quatre prostituées jaillissent de ce chaos fait de ruines sombres et calcinées. Des corps bien vivants aux couleurs criardes dans des décors stylisés.
Seijun Suzuki dans ce film de 1964, La barrière de chair, montre à travers ces corps meurtris un Japon bafoué, humilié.
   
Repost 0
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 18:06
 ruines
suzuki10-300.png suzuki1-300.png
suzuki23-300.png suzuki14-300.png
   
La barrière de chair   (photogrammes)        Seijun Suzuki              ruines

鈴木 清順

   
Le monde des ruines et du chaos. Tokyo, le Japon de l'immédiate après-guerre. L'humiliante défaite. L'arrogante présence américaine. Tokyo, la jungle : bouffer ou être bouffé. La peur, la criminalité, le bizness, les cadavres, ceux qui meurent de faim. Un monde de pauvres, d'égarés,  de désœuvrés, de caïds inquiétants et de filles qui se vendent aux soldats.
Seijun Suzuki met en scène quatre filles, quatre prostituées qui vivent sous terre, dans les décombres. Le monde du dessous, de la nuit, celui des rats. Au dessus c'est sans règles, sans morale. Au dessous, c'est une petite socièté d'amazones où il est interdit d'enfreindre la règle stricte de la communauté des filles qui se font payer pour continuer à vivre. Celle qui s'en écarte est torturée. Une lutte à mort. Une lutte de chaque instant.

Suzuki Seijun dans La barrière de chair (tourné en 1964) met en scène la ruine, l'effondrement du réel, des sentiments, de la morale. Les ruines sont ici des signes dans le paysage, ce sont des stylisations, et le réalisme se situe ailleurs. Ce film extravagant est un objet incendiaire. Les corps c'est ce qui se désire, se caresse mais c'est aussi ce qui est battu, ce qui est découpé, c'est la viande, le sang, et l'objet du commerce.


L'action se déroule à la même époque que celle du film d'Alexandre Soukourov, Le soleil.
   
Repost 0
21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 10:34
 chaos et majesté
soukourov16-300.png
soukourov14-300.png soukourov15-300.png
   
Le soleil    (photogrammes)        Alexandre Sokourov              chaos et majesté

Александр Сокуров

   
Repost 0
20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 09:36
Le crabe timide
sokourov11-600.png

Le corps du crabe timide au masque kabuki

Le soleil    (photogramme)        Alexandre Sokourov             dorippe granulata 颗粒关公蟹

Александр Сокуров

 
Repost 0

attraper les mouches

Fumier