Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 18:26

 Wim DELVOYE, musée Rodin

 
1delv1 600
  1          
           

Wim DELVOYE - est-il encore nécessaire de le présenter ? - est cet artiste belge dans la pure lignée de ses prédécesseurs originaires du plat pays : humour explosif, rigueur extrême jusqu'à l'absurde, détermination, fabrication d'objets insolites empruntant à la fois à la culture "savante" et au quotidien. Né en 1965, il est -comme Murakami- à la tête d'une véritable entreprise et a relancé le débat sur les pratiques de l'art car cet artiste délègue la fabrication de ses œuvres aux meilleurs artisans du moment. Ainsi, il a implanté une ferme en Chine, l'Art Farm, lieu destiné à la production de ces fameux cochons tatoués et emploie sur place , pour ce faire, d'excellents dessinateurs-tatoueurs locaux.

Son travail fonctionne sur le croisement et le rapprochement  d'objets, de matériaux, de pratiques ou d'idées objectivement antagonistes, croisements qui produisent des déflagrations (souvent drôles) comme ces cages de football en vitraux (voir le lien plus bas), ces radiographies d'actes amoureux ou bien encore ces sols de marbre faits de tranches de jambon et de mortadelle finement agencées. Le résultat ne laisse jamais indifférent car il est le produit  d'une idée complètement explosive et d'un travail technique impressionnant.

           
delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100
 2  3  4   5  6  7
           
 Cette fois, c'est le musée Rodin qui lui a demandé d'intervenir. Six pièces sont montrées dans le cadre prestigieux de ce musée. Delvoye s'est arrangé pour installer ces œuvres en relation à l'espace qu'il a, à chaque fois, soigneusement choisi. Dès que l'on pénètre dans la cour d'honneur de l'hôtel  Biron une immense tour de métal de plus de 10 mètres de haut se dresse devant nos yeux. Le style gothique flamboyant est immédiatement identifiable dans son élégance, son jaillissement, sa complexité mais cette Tour est faite de  métal ciselé, travaillé au laser; donc une technique parfaitement contemporaine et  rien de la pierre traditionnelle, de celle que l'on peut apercevoir avec les Invalides dans le fond du paysage (5). Le métal est associé à l'époque industrielle et ce qui se fabriquait avec ce matériau c'était des ponts, des usines (tout ce qui était au service d'une production intensive) et naturellement pas des églises ; encore moins des cathédrales. (le clin d'œil à la Tour Eiffel, si proche, n'est sûrement pas un hasard non plus).
           
delv8 300
delv9 300
 8  9
           

  À l'étage Wim DELVOYE a installé dans un lieu vide (face à un miroir) une réplique en miniature du portail de son atelier (8, 9). L'objet - en métal également - s'ouvre et se referme en boucle. D'un côté, le miroir (et l'on se voit "accueilli" lorsque le portail est grand ouvert) et de l'autre, le couloir, bordé d'autres portes. On y reconnaît, notamment, la figure célèbre de "Monsieur Propre" que Delvoye utilise régulièrement dans certains de ses travaux. Là aussi, l'artiste belge a forcément en mémoire la Porte de l'enfer qui a été  pour Rodin une pièce centrale, et où il a inventé des figures et des motifs qu'il a réutlisés, recyclés, retravaillés.     

           
delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100 delv2 100
 10 11 12 13 14 15
           

Plus loin deux pièces appartenant à la série des Helix. (10, 11) Le Christ en croix, vrillé de manière souple et répétée forme, dans une succession de lui-même, une sorte de chaîne, une hélice rappelant la structure de l'ADN. L'objet, disposé horizontalement, pointe un grand nombre de paradoxes et de références. Tout d'abord, la figure du Christ en croix ne fonctionne généralement bien qu'une  fois érigée, dans toute sa verticalité (il existe assez peu de représentations de l'Érection de la croix comme l'a fait Rubens) : ici, Delvoye la présente allongée.  Autre chose, la croix et le corps du Christ sont habituellement installés dans un même plan. : ici, le plan est torsadé délicatement puis en croise un autre ; ces plans vrillés étant destinés mathématiquement à s'emboîter à l'infini. Le Christ est unique : il est ici multiplié ; non seulement multiplié mais associé à lui-même, sans interruption, formant une chaîne sans fin. Cette chaîne sans fin rappelle la colonne sans fin de Brancusi qui ne présente qu'un tout petit morceau d'un infini.

Delvoye dans le choix de sa présentation fait écho  à certaines sculptures d'Auguste Rodin à la fois visuellement (10) mais également par les thèmes d'œuvres présentes dans la même salle comme Le Christ et la Madeleine.

De la même façon, la salle qui a été choisie pour exposer les bouteilles de gaz customisées (14, 15) est celle où sont montrés les vases grecs (12, 13) qui ont appartenu à Rodin. Les figures rouges, si célèbres dans l'art hellénique, sont très soigneusement reproduites sur des objets d'une grande trivialité. Wim Delvoye est ici dans son registre habituel : le résultat , dû à cette opération court-circuit, est très drôle et d'une grande efficacité.

   

delv20 300

     En ces temps difficiles pour la Belgique, je m'inscris résolument du côté des Belges, mais des Belges version Wim Delvoye, Marcel Broodthaers, Jean-Jacques Rousseau (le cinéaste -maudit et tourmenté- , pas l'autre) et autres Bouli Lanner ou Benoît Poelvoorde...

 

Et comme le proclame Monsieur Propre :

 

 

 

              ARS GRATIA ARTIS


 

 

c'est de l'art ou du cochon ?

 

 

           
           
           
           
           
           

Wim Delvoye, Panem et Circenses III, 1989

 

 

Wim Delvoye

           
           

Wim DELVOYE, Musée Rodin

exposition du 16 avril au 22 août 2010

Musée Rodin

79 rue de Varenne

75007 PARIS
           
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

Gilbert Pinna, le blog graphique 26/04/2010 10:04



Monsieur Propre, icône contemporaine de la résurrection par le corps récuré ?



attraper les mouches

Fumier