Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 17:17
Une ontologie de l'image
Thomas Hoepker1 600
 

  ©Thomas Hoepker,    

    USA, Brooklyn, New York, September 11, 2001

 
 
 Le grand défaut de la critique contemporaine des images consiste à vouloir se prononcer sur une ontologie de l'image. J'oserais dire que, par définition -parce que l'image est d'abord l'image de quelque chose d'autre-, il ne peut pas y avoir d'ontologie de l'image. On ne peut pas dire : l'image c'est ceci ou c'est cela. On peut seulement dire : cette image travaille comme ceci ou comme cela, se transforme comme ceci ou comme cela. Il y a notamment, aujourd'hui, un débat complètement stérile sur la photographie lorsqu'on se chamaille pour savoir si elle "dit la vérité" (position de confiance phénoménologique issue du fameux "ça a été" de Roland Barthes dans La Chambre claire), ou bien si elle "ment" unilatéralement (position de méfiance sémiologique, issue du même Roland Barthes et de ses critiques de l'"effet de réel" ou de la "surconstruction" des photos de presse dans Mythologies).
 
 

Georges DIDI-HUBERMAN


L'expérience des images

Umberto Eco - Marc Augé - Georges Didi-Huberman

(les entretiens de MédiaMorphose, coordination scientifique : Frédéric Lambert)

INA Éditions 2011, p103

 
 
 
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

L

ben oui, mais tant que les gens croiront à la vérité de la photo, il faudra rappeler qu'elle n'existe pas... et on pourra continuer à jouer avec cette idée
Répondre
E


...et on aura toujours de la boue sous les semelles de nos pauvres yeux... ;-)



L

(supplément) Mais cette remarque n'enlève évidemment rien aux propos de Didi-H., très justes, as usual...
Répondre
E


D'accord pour les frontières poreuses, évidemment; mais cette 'vérité' associée si régulièrement aux démonstrations liées à la photographie, pfff, pfff, pfff...



L

Embarrasser... ou séduire. Pour ma part, le vrai du faux, la fiction ou le mensonge, l'art ou le documentaire, toutes les frontières poreuses, c'est ce que je préfère. Et la photo plus qu'aucun
autre medium, à cause de cet entre-deux...
Répondre
P

Ça me fait penser à une réflexion sur l'objectivité du sens en littérature (je crois que c'était dans un livre de François Rastier) dont je dois me souvenir plus que je n'en ai conscience
puisqu'elle me traverse encore assez souvent à l'occasion.
Répondre
E


Le problème de la 'vérité' des images continue à embarrasser les débats. Georges Didi-Huberman est clair là-dessus et effectivement ce type de réflexion doit entrer en résonance avec des
débats similaires dans le champ littéraire.



P

Ça me fait penser à une réflexion sur l'objectivité du sens en littérature (je crois que c'était dans un livre de François Rastier) dont je dois me souvenir plus que je n'en ai conscience
puisqu'elle me traverse encore assez souvent à l'occasion.
Répondre

attraper les mouches

Fumier