Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 16:59


 Chimères
Misfit16 600
 
Une sirène (écureuil...).  Un cochon-geai. Une tauperruche, etc. Thomas Grünfeld  fabrique ces animaux impossibles, comme d'autres artistes (Joan Fontcuberta, Iris  Schieferstein, etc.), qui utilisent la taxidermie. 
 
Misfit13 500
 Misfit2 600
 Misfit14 500
 Misfit1 600
 Misfit15 600
 Misfit3 500
Misfit11 300
Misfit12 300  
Misfit4 400
 Misfit6 500
 Misfit5 400
 Misfit8 400
 Misfit9 500
 Misfit10 300
Misfit7 600
 
Thomas Grünfeld est allemand. Il est né en 1956.
 

Les pièces de Thomas Grünfeld sont toujours ambiguës, hybrides plutôt. Elles provoquent chez le spectateur séduction et malaise et suscitent de profondes interrogations sur la nature de l’art, sur le statut des objets artistiques en général. Le travail de Grünfeld est né d’une réflexion sur l’anti-esthétisme des années 80 et d’une critique ironique de la "Gemütlichkeit" (cette satisfaction si allemande du bien-être qu’on n’éprouve que chez soi), qui a produit aussi bien la tradition des trophées de chasse que des cabinets d’amateurs du 18e siècle. Tout à la fois absurde et déroutant, l’univers de Grünfeld dérange autant par ce qui est montré que par ce qu’il suggère.

En ce sens, ses "Misfits" sont bien ses pièces emblématiques, collages d’animaux empaillés, défis à la création, bien qu’à peine plus improbables que l’ornithorynque. Dans le paradoxe entre leur apparence familière et leur inadéquation à notre expérience vécue, les "Misfits" instaurent une dialectique du réel et de l’imaginaire. Ils sont propres à ébranler nos certitudes assurées et rassurantes sur une quelconque détermination de la réalité. Grünfeld y pose comme postulat que n’importe quel artifice est aussi légitime que ce que nous croyons "naturel". A l’heure du clonage, des manipulations génétiques, les "Misfits" prennent une résonance tour à tour inquiétante et jubilatoire. Ils sont des chocs aussi bien que des litotes qui nous laissent imaginer quels dangers inconnus, quels désirs inouïs ont pu donner naissance à une girafe à cou et tête de cygne, comme celle qui se dresse dans son évidence à l’entrée de la galerie.

 

source : galerie Philippe JOUSSE


 
 

  photographies, sources :


  1 : Misfit, écureuil/anguille, taxidermie (chimères du Château de Oiron).
  2 : Misfit, cochon/oiseau, taxidermie. 
  3 : Misfit, mouton/bouvier, 2007, taxidermie.
  4 : Misfit, antilope, taxidermie..
  5 : Misfit, taupe/perruche, taxidermie.
  6 : Misfit, renard/bird/cygne, taxidermie..
  7 : Misfit, poulain/chien, 1996, taxidermie. 
  8 : Misfit, cygne/ragondin/âne, 2001, taxidermie.
  9 : Misfit, autruche/coq/âne, 2006, taxidermie.
 10 : Misfit, vache, taxidermie.
 11 : Misfit, St Bernard/mouton, 1994, taxidermie.
 12: Misfit, cerf/girafe, 2006, taxidermie.
 13 : Misfit, adulte et petit, 2008, taxidermie.
 14 : Misfit, marcassin/perruche, taxidermie.
 15 : Misfit, flamand, 1998, taxidermie. 
 16: Misfit, blaireau/agneau, taxidermie.
 
 
 

lien sur la pratique de la taxidermie

bizarreries taxidermiques

 
           
           
           
           
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

PhA 19/06/2011 23:41



Je m'étonne de ne voir ni lapingouin ni caïmanchot.



espace-holbein 20/06/2011 08:42



Je crois savoir que le lapingouin est en cours de réalisation (l'artiste a pris beaucoup de risques à cause de la fonte prématurée de la banquise). Quant au caïmanchot, c'est un
animal dangereux, vous le savez. Donc peu de chance de le voir arriver dans un avenir proche.



Bertrand Estrangin 19/06/2011 11:56



Tellement étrange. Des combinaisons fonctionnent assez bien et dérangent. Merci pour cette découverte.



espace-holbein 20/06/2011 08:38



Oui, c'est étrange. Il y en a beaucoup d'autres (ici, c'est un choix).



Cécile 17/06/2011 14:13



Rassure-toi, je ne passe pas mes WE à harponner la baleine ou à tirer sur les palombes .... Je déteste, moi aussi, la chasse. J'étais donc rétive à la visite de ce musée. Mais il a été réhabilité
d'une manière originale et assez fascinante. les trophées d'animaux accumulés les uns à côté des autres deviennent étranges, pour ainsi dire observateurs, vivants. des artistes contemporains y
sont régulièrement invités.



espace-holbein 17/06/2011 22:44



Attention, il n'y a pas d'actualité Thomas Grünfeld  à la galerie Jousse (enfin, pas que je sache).
J'évoque le travail de cet artiste dans le cadre de ma série sur les chimères.



Cécile 17/06/2011 13:57



salut, ça va ? very strange .. je vais essayer d'aller voir ces chimères et centaures à poils et à plumes demain. (je suppose que tu aimes le Musée de la chasse de Paris .... ?) Ce soir : les
alvéoles roses d'Anish Kapoor. a bientôt.



espace-holbein 17/06/2011 14:05



Salut, ça va au poil !


Non, je n'ai jamais mis les pieds (ni les pattes) dans ce musée. A vrai dire, je n'aime pas beaucoup (même pas du tout, pour être franc) la chasse. Mais les chimères m'intéressent.



attraper les mouches

Fumier