Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 08:09
  Salons
prisonniers5 600
 
 
 

  Cette gravure au symbolisme obscur semble avoir été réalisée sous le coup d'une certaine ivresse, comme Rops l'écrit à son ami Henri Liesse : «Ce dessin me ravit. J'ai fait cela en quatre jours dans un salon de satin bleu, dans un appartement surchauffé, plein d'odeurs, où l'opopanax et le cyclamen me donnaient une petite fièvre salutaire à la production et même à la reproduction.» (...)

Comme dans beaucoup de ses œuvres, Rops glorifie ici la femme contemporaine de cette fin de siècle, arrogante, impitoyable et fatale, révèlant sa complexité, entre exhibition et soumission, majesté et volupté. De fait, l'éros chez Rops est un prétexte à peindre la modernité : la femme diabolique y est à la fois symbole de désir et pulsion de mort, foulant du pied la tradition picturale.


Extrait du journal de l'exposition Prisonniers du soleil, mars/mai 2010, Le Plateau, p6

 
 
 

.À gauche : photographie de l'exposition Prisonniers du soleil, mars/mai 2010, Le Plateau

photo personnelle


.illustration à droite : Félicien ROPS

  Pornokrates

 1878

 Aquarelle et Pastel, 75 x 45 cm
 
Musée provincial Félicien Rops, Namur
 Dépôt de la Communauté française de Belgique
 

 œuvre exposée dans le cadre de l'exposition Prisonniers du soleil, mars/mai 2010, Le Plateau  

 
 

 

« Prisonniers du soleil », 2e volet du cycle «Érudition concrète », qui s'est tenue du 11 mars au 9 mai 2010.

Le Plateau, Fonds Régional d’Art Contemporain d’Ile-de-France, Place Hannah Arendt, métro Buttes-Chaumont, Paris 19ème

 
www.fracidf-leplateau.com

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

TG 01/07/2010 13:14



C'est effectivement ce que l'on apprenais au Beaux Arts, et je suppose que l'on apprend encore. Mais, avec tant d'autres (comme Rops), et plus le temps passe, moins je crois en cela… Ne m'en
veuillez pas mais c'est ce que mon expérience m'a appris.



espace-holbein 30/06/2010 20:00



Il y a des choses à inventer sans cesse. Nous avons hérité d'une idéologie de la forme fabriquée progressivement depuis la Renaissance. Les avant-gardes du XXe siècle ont à la fois scellé les
choses à coups de pensées radicales tout en les faisant éclater. C'est notre héritage, à nous de nous en saisir.




TG 30/06/2010 09:21



A force d'avoir foulé au pied la tradition pictural, elle a disparu…


Que nous reste-il donc a détruire, fouler au pied, éradiquer?



attraper les mouches

Fumier