Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 13:19
 Paul Rebeyrolle, 2011
reb3 300  Une très belle exposition touche à sa fin ces jours-ci et c'est bien dommage : il est encore temps de se rendre à Alex, à une quinzaine de kilomètres d'Annecy, à la Fondation Salomon. On peut y admirer une trentaine d'œuvres de Paul Rebeyrolle dans des conditions optimales ; le lieu est magnifique et les espaces d'exposition sont à la mesure du peintre. La peinture de Paul Rebeyrolle est extravertie. Elle ne laisse pas indifférent. Les formats sont généreux, la matière déborde (au sens parfois littéral) et les figures explosent .
   
reb1 300 reb2 300
   
Paul Rebeyrolle n'a malheureusement pas bénéficié de la reconnaissance qu'il aurait dû avoir à son époque. Il a sûrement payé cher son engagement politique. Certains pourtant ne s'y sont pas trompés : Michel Foucault ou Jean-Paul Sartre l'ont soutenu et de grandes galeries comme la galerie Claude Bernard gèrent en partie son œuvre. Né en 1926, il va pratiquer une peinture que je pourrais qualifier de peinture de combat. Aussi bien les figures qu'il met en scène que les objets, réagissent, se débattent, explosent, crachent, aspergent le spectateur, se déchirent, implosent, pendent, sortent du cadre :  rien de statique. Sa peinture donne l'impression d'un combat perpétuel, quelque chose d'acharné.
           
reb4_300.jpg
reb5 300
           
La matière est épaisse chez Rebeyrolle, c'est une peinture de la terre, des éléments ; les matériaux s'extraient du cadre et les  bois, la glaise, les fers (La Barrière, à gauche ci-dessus), la toile de jute ne supportent aucune limite. Les personnages eux-mêmes vivent un épanchement du corps : les bras se tordent, les contours sont aléatoires, fluctuants, les yeux giclent et roulent.
           
reb7 300
reb8 300
   
La déformation des corps est au service d'un propos critique  comme dans cette toile intitulée Le petit commerce (à gauche ci-dessus) visant l'usage destructeur de l'argent et la société de consommation ; dans un élan révulsif, des ossements animaux liés aux paillettes sont présentés ostensiblement au spectateur au risque d'être éclaboussé. La série des Implosions ( Implosion V, ci-dessus et  trois autres ci-dessous, à droite) verra les corps se déformer encore plus, perdre leur intégrité  combattant ainsi toute nécessité et toute volonté de séduction. 
   
reb6 300 reb10_300.jpg
   
Rebeyrolle est un artiste ancré dans la ruralité -ses thèmes et la manière dont il fait usage des matériaux l'ont à chaque fois montré-  mais c'est aussi quelqu'un de rebelle qui, à la fois, s'engage politiquement et construit un langage pictural radicalement différent de celui qui se pratiquait à son époque. Son Hommage à Courbet (ci-dessus) n'a donc rien d'un hasard. Sans doute a-t-il voulu affirmer avec détermination son appartenance à la même famille spirituelle que celle de Courbet en reprenant à sa manière l'Origine du Monde.
   
reb9 300 reb11_300.jpg
   
Les objets seront traités comme les êtres humains et renverront d'ailleurs symboliquement à ceux-ci : ainsi -dans L'arrière-cour-  le sac sans forme, éculé, sali, subissant les affres des eaux usées, prêt à disparaître avec elles dans l'égoût, fait référence à une vieille dame d'origine arménienne que le peintre connaissait. Il permet dans son traitement pictural de faire écho à l'itinéraire de quelqu'un que l'histoire a malmené, bringuebalé. Par extension, il devient une marque d'empathie à l'égard des réfugiés et autres immigrés. L'acte pictural devient acte politique. Le cloaque reste d'ailleurs extrêmement présent (ci dessus à droite -Un temps de chien- : la bête  surgit, toutes dents dehors, et l'homme apeuré, en déséquilibre au bord du gouffre, du noir, du sans-fond...). À moins que ce soit le contraire : la bête prétendument immonde que l'on cherche à renvoyer dans les profondeurs, celle qu'on ne veut pas voir (un double de soi-même ?).
 

reb12_300.jpg  reb13_300.jpg
   
Les bêtes sont extrêmement présentes, parfois résumées à une tête énorme dévorant l'espace, anéantissant la proie -homme écartelé ou fragile bestiole - et le paradoxe est que, lorsqu'on est en face de la toile, ce monstre roux et puissant n'apparaît pas forcément tout de suite : matière, forme et couleur font éclater la figure et la violence du traitement domine le tout.
   
reb14_300.jpg
reb15_300.jpg
   
Quelques sculptures -en véritable écho à la peinture- sont présentées dans l'exposition : L'œil sur le front et L'œil sur la langue (à gauche ci-dessus) posent le problème de la nature du regard dans une économie de la désarticulation des êtres qui vont cheminer sur une très grande partie des cimaises. Et puis L'œuf (ci dessus, à droite) que l'on va retrouver dans les peintures jaunes, à proximité, qui est l'être en gestation, la fragilité, la forme pure menacée mais aussi le liquide gluant, dégoulinant, visqueux, une fois la fine pellicule brisée (se rappeler que l'œuf fait partie des matériaux du peintre) .
   
Paul Rebeyrolle est mort en 2005. Même s'il était quelqu'un qui ne recherchait pas les honneurs (ci-contre La stèle, où l'on voit le geste du singe à la statue dorée) son nom aurait pu être retenu beaucoup plus tôt car il fait désormais partie des grandes collections. Il faut aller à Eymoutiers, en Haute-Vienne d'où il est originaire : j'ai le souvenir d'un très beau musée qui lui est consacré. On y comprendra la force d'un peintre enraciné dans un terroir mais qui a finalement réussi à laisser sa marque à l'égal des plus grands.
reb16_300.jpg
   
   
           
           
           
           
           

Paul Rebeyrolle

09.juillet / 06.novembre 2011

 

Fondation Salomon,

74290, Alex (Annecy)

 

 présentation de l'exposition

           
           
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

Marc 15/11/2011 09:32



Il faut que j'en parle à une amie qui devrait adorer...



espace-holbein 15/11/2011 13:51



Faire suivre, donc...



Cécile 03/11/2011 11:44



alors que j'aime beaucoup certaines toiles (pas toutes néanmoins) de Desgrandchamps ! ;-)


mais cela ne vaut pas les Matisse et Picasso (bon dieu, il y a de ces Picasso ...) que j'ai admirés à loisir hier au Grand Palais. après la foule des vacances et des files d'attente de plus de
deux heures (!!) : à ma très grande sidération, personne hier soir chez les Stein. tu penses bien que j'ai frappé et que je suis entrée sans chichi ni demander mon reste - -  ou encore les
toiles expressionnistes à la Pinacothèque (se focaliser sur les oeuvres / passer outre sur les textes de présentation généraux)



Cécile 02/11/2011 11:44



ah tu aimes ? eh bien moi je n'y arrive pas ... on m'a souvent vanté son travail, idem dans les journaux. j'ai donc vu l'an dernier une exposition de ses plus récents dans une galerie parisienne
(rue mazarine ???) J'ai détesté. même sentiment devant les toiles de Garouste chez Templon récemment ... alors que ces deux peintres passent pour les plus grands peintres français de notre temps.
quelque chose doit m'échapper ...



espace-holbein 02/11/2011 17:39



Ca fait longtemps que je connais le travail de ce peintre mais c'est vrai qu'on n'est pas obligés de tout aimer - y compris ce qui peut être considéré comme important-. Personnellement, quand
j'entends dire du bien de la peinture de Desgranchamps (par exemple), je me dis que quelque chose doit également m'échapper.


J'ai vu aussi les toiles de Garouste chez Templon et... y avait quand même de belles choses...



attraper les mouches

Fumier