Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:43
 La Renaissance, Lens
renais-lens1 300 Au gré de la déambulation, le regard de deux femmes. Deux femmes qui regardent deux autres femmes, représentées par la peinture cette fois. Et les femmes peintes ici sont illustres : la Vierge Marie et sa mère Sainte Anne, accompagnées de l'Enfant Jésus (ci-dessous). Le tableau est troublant : la mère et la fille paraissent avoir le même âge ; leurs deux corps semblent en n'être qu'un ; la position de l'une est particulièrement instable, prête à glisser des genoux de l'autre et à s'abîmer dans le précipice au bas du tableau. Cette peinture, on s'en souvient, est restée célèbre en partie à cause de l'analyse qu'en fit Sigmund Freud en 1910 : 'Un Souvenir d'enfance de Léonard de Vinci', analyse fondée sur des bases erronées, d'ailleurs. Mais le regard domine et participe à la construction du monde et notamment pour Vinci qui était si préoccupé par l'observation tant dans ses formes scientifiques (voir les dessins) que poétiques (textes évoquant des figures qui émergent de murs lépreux). 
 1  
Le tableau de Léonard de Vinci occupe une place de choix au sein de cette exposition consacrée à la Renaissance. Récemment restauré, on se souvient qu'il fit l'objet d'une exposition à lui tout seul au Musée du Louvre, à Paris. Pour qui le connaissait et l'admirait, les yeux ont encore du mal à s'habituer au bleu si clair, si lumineux, du manteau de la Vierge et à cet oiseau qu'il semble renfermer dans ses plis. Les formes doubles, les ambiguïtés, les analogies, le XVIe siècle en est rempli. Aucune forme n'est définitive. La Renaissance est à l'initiative de cette nouvelle conception du monde. Le tableau lui-même reste inachevé. Et l'exposition du Louvre de Lens montre bien cette effervescence, ce fourmillement, ces échanges dans cette volonté d'exhaustivité, de construction scientifique. Il s'agit en vérité de Renaissances multiples qui sont montrées ici.  Et pas seulement en  Italie. L'Europe du Nord apparaît également dans toute sa splendeur, sa rigueur, son exigence. L'exposition, traitée de manière très scientifique est loin d'être 'documentaire' et n'élude pas la dimension artistique, celle des sens et du plaisir de la délectation.    renais-lens2 300
            2

 La Renaissance constitue un immense bouleversement dans l'Europe entière et traverse toutes les disciplines. L'exposition se donne pour objectif de montrer les mutations  de l'art au sein des collections du Louvre. Les avancées  et découvertes de cette période immensément féconde sont déclinées au fil d'un petite quinzaine de salles thématiques dont l'organisation est pensée de manière à la fois  fluide et harmonieuse :

-Mutations artistiques - La Renaissance florentine - L'art au Nord des Alpes

-Mutation intellectuelle - L'Humanisme - Les modèles intellectuels

-Une Europe des artistes - Le voyage d'artiste - Les mécènes

-Un chef-d'œuvre de Léonard de Vinci -La Sainte Anne

-La conscience d'être artiste - L'autoportrait

-A la découverte du corps - Le macabre - Corps observé, mesuré,dessiné, disséqué

-Réalité du visage - Le portrait - Michel Ange

-La représentation de l'espace - Différentes perspectives

-Les modèles antiques

-Les histoires antiques

-L'ornement

-Les nouveautés techniques -gravure, arts du feu, horlogerie, etc.

-L'art de vivre - L'habitat, tapisserie, etc.

-François 1er, prince collectionneur - 1er noyau du Louvre


renais-lens4 300 renais-lens7 300
  3                                                                                              4
La Renaissance est une notion  délibérément construite par des humanistes, des artistes et penseurs florentins du Quattrocento, à la fois acteurs et observateurs d'un moment très privilégié de l'histoire où les formes, le savoir, et la pensée étaient en train d'éclore, de prendre une tournure franchement nouvelle.  Mais de l'autre côté des Alpes (aussi bien aux Pays-Bas qu'en France ou en Allemagne) un autre type d'évolution émerge, que l'on va tarder à  qualifier de 'Renaissance' tant il est différent. Pourtant, là aussi, des bouleversements ont lieu et les échanges entre ces deux parties de l'Europe se concrétisent (à titre d'exemple, Fouquet -dont on verra les portraits de François 1er dans l'exposition-  se rendra à Rome et inversement, Vinci sera accueilli par le roi de France). Les traces de ces correspondances sont repérables dans l'astucieuse présentation de cette exposition (par exemple, ci-dessus, la confrontation d'un petit portrait de Giovanni Bellini -datant de 1490- avec un autre de Hans Memling, tous deux quasiment contemporains). C'est aussi la découverte d'un nouveau médium et de sa diffusion, l'huile, qui favorisera les échanges.  renais-lens3 300
    5
La Renaissance qui puisera largement aux sources de l'antique (des salles très intéressantes y sont consacrées) favorisera l'apparition et le développement de beautés sensuelles, enjoleuses, tout en délicatesse, et le prétexte de l'antique et de la mythologie ne pourra qu'amplifier cette séduction de figures féminines dans la peinture. Ainsi, cette merveilleuse Vénus debout dans un paysage qui est remarquablement accrochée dans l'écrin rouge de cette salle de l'exposion consacrée, précisément, à la figure de Vénus (on retiendra aussi  la belle présentation de celle de Botticelli, Vénus aux trois putti, photo au dessus). 
 

         
renais-lens5 200 renais-lens9 200 renais-lens8 200
  6
    7     8  
 Une autre pièce remarquablement présentée dans cette exposition est l'Arc de Triomphe de Maximilien (ci-dessus, à gauche) réalisée par Dürer et son atelier. On sait que la gravure fit partie des nouveautés techniques qui se sont développées dans la partie septentrionale de l'Europe et qu'Albrecht Dürer en fut un des représentants les plus illustres. On voit dans l'agrandissement d'une des planches (ci-dessus, au centre) la maîtrise, mais aussi -dans beaucoup d'autres bois- l'inventivité, la fantaisie de l'artiste. Ici, il s'agit de xylographie ou gravure sur bois. Cette pièce magistrale mesure 3,41 m de haut sur 2,92 de large et est constituée de 195 bois imprimés sur 36 tirages juxtaposés. L'ensemble, d'un format très inhabituel dans l'histoire de la gravure demanda trois années de travail à Dürer et pouvait vraisemblablement être utilisé comme décor mural. Il est présenté exceptionnellement dans son intégralité. Cette œuvre répond à la demande de l'empereur germanique Maximilien de Habsbourg qui voulait laisser une trace de son passage, perpétuer son souvenir et asseoir l'importance de son règne. Il se présente comme héritier des empereurs romains mais aussi en tant que mécène et défenseur de l'édition des gravures sur bois (conséquemment, on jugera donc de l'importance de cette technique moderne à l'époque).
           
           
 L'artiste est, à cette époque, quelqu'un qui va avoir conscience de son statut et si nous employons aujourd'hui ce terme d'artiste couramment, il n'en a pas toujours été ainsi   et, de toute façon, pas avant le XIVe siècle. Giorgio Vasari, l'auteur des Vies des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes italiens (1560/1570)  indique qu'il s'agit d''artisans virtuoses manifestant leur intelligence par le dess(e)in'.
lens-renais6 200
 Ceux que nous nommons aujourd'hui les artistes appartenaient soit à des corporations soit à des cours royales ou princières. Il fut nécessaire pour eux de s'émanciper et le recours à l'autoportrait ou bien à la représentation de l'artiste et de ses attributs fut une avancée en ce sens. Le portrait ci-contre, à gauche, représente Michel-Ange en tenue de travail (deux attributions possibles : Giuliano Bugiardini ou Baccio Bandinelli). Dans ce tableau, des attributs renvoient à l'identité professionnelle de l'artiste : le turban servant à protéger ses cheveux de la poussière de pierre puis, au premier plan, un parapet de marbre sur lequel est gravé en trompe-l'œil le nom de Michel-Ange, son statut de sculpteur ainsi que son âge (47 ans). Certains autoportraits répondent à d'autres nécessités comme celui du Tintoret (ci-dessus) qui était destiné à figurer dans la collection d'un marchand d'art allemand rassemblant des portraits d'artistes...
  9          
 Dans cette exposition le corps occupe une place importante. Le corps a naturellement toujours été une préoccupation fondamentale mais la Renaissance va occasionner une redécouverte tant du point de vue de la représentation, de la mesure, des idéaux, que de l'étude scientifique. De nouveaux outils sont là pour l'analyser, ce qui va engendrer des avancées non négligeables. Mais simultanément, la référence à l'antique, dans un souci d'idéalisation, visera à figer des proportions ou tentera de réaliser un idéal esthétique.
renais-lens11 200
Le corps est présenté dans l'exposition selon différentes approches ; la dimension macabre, tout d'abord. Ici (à gauche) dans cette statue d'albâtre c'est une allégorie à laquelle nous sommes confrontés : la statuette se dressait au milieu du cimetière des Innocents, à Paris, au début du XVIe siècle. Il s'agit d'un rappel à notre condition de mortel. Assimilable au fameux 'Memento Mori', cet objet a une fonction et le lieu initial de son exposition donne toute sa force à cette œuvre. L'allégorie est pourtant une sorte de fiction : un squelette partiellement apparent sous un corps décharné, en lambeaux, mime les gestes de la vie et rappelle à celles et ceux qui passent devant lui qu'ils lui ressembleront un jour ou l'autre et que cela est inéluctable. Ce qui fit le succès -plus d'un demi-siècle plus tard- de l'ouvrage Miroir salutaire. La danse macabre historiée qui sera la première danse macabre imprimée (xylogravures) montrant des squelettes jouant de la musique en entraînant tout le monde dans leur danse (ci-dessous).   
  10          
renais-lens14 300 renais-lens10 300
  11       12    
Corps macabre, mais aussi corps observé : on verra ce masque mortuaire de terre cuite (ci-dessus),  mis en scène. Il s'agit bien sûr d'un portrait 'naturel' mais qui s'inscrit également dans une pratique qui trouvera une suite logique -au XIXe siècle-  au moment de l'émergence de la photographie. Mais dans cet univers humaniste qu'est la Renaissance, le corps sera aussi l'objet de mesure : on connaît évidemment L'Homme de Vitruve de Léonard de Vinci mais de l'autre côté des Alpes, un artiste comme Dürer fixera lui aussi des mesures du corps extrêmement rigoureuses qui serviront de canon aux diverses figures représentées dans les œuvres de l'époque.
renais-lens13 300
     13                                       
L'exposition fait également la part belle au corps 'disséqué'. Comme le montre cette planche ci-dessus, le dessin d'observation va être au service de la science à une époque où l'art et la science ne pâtissent pas encore de cloisonnement. Les livres d'anatomie fleurissent (ici, De la fabrique du corps humain  par André Vésale, daté de 1543). À noter dans l'exposition  la présentation extrêmement intéressante de nombreux facs-similés de planches d'anatomie disposés, entre chaque vitrine, tout autour de la salle traitant ce sujet et en regard des ouvrages originaux. .
 
renais-lens12 300

  L'art et la science constituant deux domaines indissociés, dans la partie de l'exposition consacrée aux innovations techniques de la Renaissance, l'horlogerie, qui participe à la mesure et à la connaissance du monde, figure en bonne place. Des objets somptueux sont présentés et ceci sera avantageusement complété par la visite de l'autre exposition temporaire du Louvre-Lens 'Le temps à l'œuvre' qui installe une réflexion autour de la perception du temps.

Et en effet, la mesure du monde, de ce qui nous entoure, a été une des préoccupations majeures de la Renaissance.

  14          
renais-lens15 200 renais-lens16 200 renais-lens17 200 
  15     16     17  
Un objet comme ce 'mazzocchio'' (ci-dessus, par Paolo Uccello) -la coiffe de l'homme de la Renaissance-  est, par exemple, réalisé et sa représentation constitue une sorte de défi  tant l'objet  est complexe. L'excellence des peintres rivalisera tant dans l'invention que dans la virtuosité. Et la mesure du monde passera évidemment à la Renaissance  par la mesure de l'espace et sa représentation. Rappelons que la perspective telle que nous l'acceptons de nos jours est une des constructions, une des inventions, -devrait-on dire- de la Renaissance. Des mesures mathématiques sophistiquées sont mises en œuvre dans cette volonté de rationaliser l'espace et le monde. Ce carton de Raphaël ci-dessus en est un exemple parfait; tout est construit parfaitement, pour les personnages représentés, autour d'eux. Et pourtant, un certain nombre de figures représentées n'appartiennent pas au monde des mortels, au monde mesurable.. 
 

Nous avons affaire à une mutation intellectuelle majeure des deux côtés de l'Europe. Ca s'appelle l'humanisme. Il y a des hommes de culture (Érasme par Hans Holbein, ci-dessus) mus par des idéaux liés à la fois à la connaissance, à la sagesse, et qui vont diffuser amplement leurs idées.  Exposition magnifique.

 

 
 
photographies personnelles : 1, 3, 4, 5, 6, 11, 14
 
photographies extraites du catalogue : 2, 7, 8, 9, 10, 12, 13, 15, 16, 17
           
           
           
           
           

Renaissance

"La révolution dans les arts en Europe entre 1400 et 1530"

 

Le Louvre-Lens

 

jusqu'au 11 mars 2013

 

lien

           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

attraper les mouches

Fumier