Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 16:29
Jim HODGES

Jim Hodges est américain, né en 1957. Son travail, très poétique, souvent évanescent , est d'une grande délicatesse. Une fraîcheur et beaucoup d'invention. Son médium est le dessin mais beaucoup d'autres moyens d'expression sont explorés. Les supports et la manière de les utiliser participent à l'intérêt que l'on porte à ce travail. Les objets sont vulnérables et semblent pouvoir être détruits par le simple souffle du passage du visiteur. Les matériaux sont de  petits bouts de papier découpés ou bien au contraire, des  feuilles d'or très soigneusement assemblées. Les chaînes ne sont pas faites pour fixer, pour bloquer, pour attacher, pour entraver  mais elles brillent à la lumière et forment d'élégantes toiles d'araignées. Les mouchoirs en papier n'essuient rien mais reçoivent  de délicates petites fleurs de toutes sortes, dessinées à l'encre bleue ou noire d'un stylo à bille.
Et puis, également, des miroirs brisés, des partitions de musique recomposées, des sacs de papier et du maquillage.
    Hello again -Me revoila, chaînes en laiton, épingles
     
           


 A Diary of flowers, seen by you, serviettes papier, encre
   Changing things, fleurs artificielles
           
Tout cet ensemble séduit, émerveille. La préciosité d'un objet fait de centaines de petits découpages méticuleux (ci-dessous) n'est pas là pour exposer le côté virtuose d'une activité banale mais cette opération faite de répétitions, de minutie renvoie à l'image d'un quotidien lui-même fait de répétition et de minutie.
           

    Where the sky fillls in,  photographie découpée
   détail
           
L'œuvre de Hodges étonne car on pourrait la cantonner à une pratique un peu mièvre, fleur bleue, sans véritable force. Il n'en est rien. Et c'est là sa force : ses armes sont celles de la douceur apparente, du sentiment amoureux, de l'éloge de la délicatesse et  pourtant ses moyens sont contrastés ; il utilise à la fois la réserve, l'allusion, la fragilité, le minimalisme  mais aussi le baroque, la répétition, l'accumulation, l'envahissement de l'espace.

Une œuvre discrète à découvrir.
           
           
           
           

Jim HODGES


 Love etc.

Centre Georges Pompidou, Paris
Musée, galerie du musée, niveau 4

14 octobre 2009-18 janvier 2010
           
           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

ap 02/11/2009 20:58


Pensé comme ça : l'illusion et les faux semblants
Fausse "toile"(pas peinte) mais vraie constructuction, fausses fleurs mais vrai bouquet (faux d'artifice), vraies feuilles blanches mais faux feuillage...
Baraoque, c'est vrai, mais dans l'éparpillement, dans l'épuisement du sujet. Poétique (voilà un terme que l'on n'utilise plus guère pour dire le rapport au sensible, au fragile...) et terriblement
mélancolique.
Du piège tendu aux fleurs éternelles : glove (l'amour avec des gants)


attraper les mouches

Fumier