Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 12:00
Critique et art contemporain
decker10 600
 

 Où en sommes-nous ?

 

Il est parfois bon de se soustraire au flux de l'actualité, de regagner la rive afin de marquer une pause. [...]

Nous sommes évidemment tombés d'accord sur le rôle désormais tentaculaire du marché de l'art. Celui-ci est, rappelons-le, absolument nécessaire, mais ce qui apparaît en revanche gênant, c'est l'obsession immodérée qu'on nourrit aujourd'hui pour lui, si bien qu'il en arrive à légitimer plus qu'auparavant les choix là où, à une époque pas si lointaine, ce qu'on appelait les «convictions» et une «vision personnelle de l'histoire de l'art» présidaient avant tout à l'engagement auprès des artistes. De la même manière, notre débat souligne l'importance prise par les grands collectionneurs, dont l'aura, dans l'imaginaire collectif, se mesure généralement davantage à l'aune de leurs moyens financiers qu'à leurs options esthétiques proprement dites -si François Pinault est aujourd'hui l'objet de tous les fantasmes, on analyse en revanche bien peu les lignes de force qui structurent sa collection, laquelle constitue un commentaire pertinent sur notre sombre époque. C'est aussi que le silence des méga-collectionneurs est assourdissant, et l'on aimerait bien savoir ce qui les motive sur un plan plus intellectuel, au-delà de l'agitation «bling-bling» du milieu.

Enfin, et surtout, nous avons tous fait le constat, en tant que critiques, que l'élargissement du monde de l'art  au cours de la dernière décennie a eu pour conséquence l'impossibilité d'embrasser l'actualité dans son entier, et que toutes nos tentatives pour la cerner à grands renforts de voyages aux quatre coins du monde, de nouvelles foires en biennales et triennales, ne débouchaient pas sur une meilleure compréhension de la scène internationale. D'autant que ces manifestations ont souvent traité en gros des  mêmes thématiques (la mondialisation, la ville...), exposant les mêmes artistes, voire les mêmes œuvres, au point que nous nous sommes demandé si cela valait encore la peine de voyager : dans les années 2000, le chemin de l'art contemporain a été sans doute plus balisé qu'auparavant. D'où le réflexe, pour nombre de critiques, d'une forme d'hibernation, d'un repli stratégique sur une sphère plus personnelle, en travaillant avant tout à faire découvrir à leurs lecteurs des artistes dont l'œuvre leur semblait détoner dans le bruit de fond ambiant, serait-ce sur le mode de la modestie. Dans une boîte de nuit, tenter de crier plus fort que la musique du DJ est somme toute aussi illusoire que de remplir le tonneau des Danaïdes. Tandis que le son baisse sensiblement ces derniers temps, car le monde de l'art, à intervalles réguliers, éprouve malgré tout le besoin de retrouver ses repères pour se remettre des emballements, nous osons croire que la critique doit à nouveau faire entendre sa voix.

 
 

 Richard LEYDIER,

 éditorial du N° 374 du magazine artpress de janvier 2011

 
 
 
 

 illustration : Simone DECKER,

 Chewing in Venice 1 + 2 (détail)
1999, Venice, 48. Biennale

 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

chabriere 03/01/2011 13:31



Ce qui pose  question sur  le rôle  de la critique  d'art, c'est  sa passivité, accepter  tout  du moment  que  ça  a pour label  "art
contemporain"..


j'apprécie  la critique quand, justement, elle prend position, et la justifie en argumentant son point  de vue.


Personnellement  je trouve dommageable - c'est à dire, créant des dommages à l'art d'aujourd'hui, ainsi que pour son image ( c'est le cas de le dire),  - qu'on présente sous le domaine
des arts plastiques  des oeuvres  qui justement s'en détournent...  car quels  que soient les moyens mis en oeuvre, c'est bien toujours la part du visuel qui doit être
mis  en valeur, donc  avec les notions qui s'y rattachent. 


 


Sur la question de la peinture en particulier...


je renverrai à l'ouvrage  très significatif du manuscrit de Marie Sallantin et Pierre-Marie Ziegler,  " le livre noir de la peinture", dont le lien que j'ai mis
permet d'accéder  directement.



attraper les mouches

Fumier