Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 07:00
Georges Perec
dépeindre



Mais à quoi ressemble ce tableau du Cabinet d'amateur ?
Il ne s'agit pas de celui qui est représenté ici. Celui de gauche est de Willem Van HAECHT. C'est Le cabinet d’amateur de Cornelis van der Geest, tableau peint à l'huile sur toile et qui date du XVIIe siècle*, mais il est de «la même famille».

«La toile représente une vaste pièce rectangulaire, sans portes ni fenêtres apparentes dont les trois murs visibles sont entièrement couverts de tableaux.»
«Au premier plan, à gauche, à côté d’un petit guéridon garni d’un napperon de dentelle sur lequel sont posés une carafe de cristal taillé et un verre à pied, un homme est assis dans un fauteuil capitonné de cuir vert sombre, de trois quart dos par rapport au spectateur. C’est un vieil homme à l’abondante chevelure blanche, au nez mince chaussé de lunettes aux montures d’acier. On devine plus que l’on ne voit vraiment les traits de son visage, sa pommette striée de couperose, sa moustache épaisse débordant largement de sa lèvre supérieure, son menton osseux et volontaire. Il est vêtu d’un peignoir gris dont le col châle s’agrémente d’un fin liseré rouge. Un gros chien roux à poil ras, partiellement masqué par le bras du fauteuil et par le guéridon, est couché à ses pieds, apparemment endormi.»

«Plus de cent tableaux sont rassemblés sur cette seule toile, reproduits avec une fidélité et une méticulosité telles qu’il nous serait tout à fait possible de les décrire tous avec précision. La seule énumération des titres et des auteurs serait non seulement fastidieuse mais dépasserait largement le cadre de cette notice. Qu’il nous suffise de dire que tous les genres et toutes les écoles de l’art européen et de la jeune peinture américaine sont ici admirablement représentés, les sujets religieux aussi bien que le scènes de genre, les portraits comme les natures mortes, les paysages, les marines, etc. et laissons aux visiteurs le plaisir de découvrir, de reconnaître, d’identifier le Longhi ou le Delacroix, le Della Notte ou le Vernet, le Holbein ou le Mattei, et d’autres chefs-d’œuvre dignes des plus grands musées européens que l’amateur Raffke, intelligemment conseillé par d’éminents experts, a su découvrir lors de ses voyages.»


Georges PEREC

Un Cabinet d'Amateur, Éditions Balland, 1979, p16


Georges Perec va évoquer, décrire certains de ces tableaux et va se fondre dans la langue de ceux qui sont amenés à parler d’art, en passant en revue les tics de pensée et de langage que nous rencontrons dans les écrits des critiques d’art : de la description clinique à l’évocation psychologique en transitant par l’analyse historique ou la volonté d’empathie liée à l’émotion procurée par les œuvres…

J'en parle demain (vraisemblablement.)
* Collection Museum Rubenshuis, Anvers- Ph. Collectiebeleid Musea stad Antwerpen

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

holb 06/01/2007 16:56

C’est peut-être celui de Robert Bober ? qui était ami de Perec. Film marrant et touchant. Bober, qui est quelqu’un qui a écrit de belles choses, d’ailleurs (“Quoi de neuf sur la guerre ?” Bon bouquin).

pop 05/01/2007 19:19

voir le film la rue vilin par Alain Joubert ( je crois). J'en ai un bon souvenir.

holb 29/12/2006 12:04

Bravo le petit gars du XXe  (accessoirement du Petit "XXe"  ;-)Space canard a vu juste car pour aujourd'hui (29 décembre) j'avais prévu de mettre en illustration une planche contact de la rue Vilin, où a vécu effectivement le petit Georges.Photo sympa ; et la vieille dame, derrière, qui passe en regardant l'objectif. Au fait, y a-t-il des descendants de la vieille dame qui ont pu reconnaître leur mémé photographiée avec G. Perec  ?   ;-)

Space Canard 28/12/2006 20:43



George Perec... qui vécu dans le 20ème arrondissement de Paris jusqu'à l'âge de 6 ans.. rue Vilin, plus précisement au numéro 24 où sa mère tint un salon de coiffure.

Ironie de l'histoire , la rue Vilin devait disparaitre sous les bulldozers le 4 mars au matin pour laisser la place aux pelouses et aux arbres du parc de Belleville.. le lendemain de la mort de George Perec , le 3 mars 1982.

laurence 28/12/2006 18:04

Oui, je connaissais les faux en écriture du site holbein, j'aime beaucoup. C'est vrai que t'as l'âge de celui qui aurait pû rencontrer Perec ;-) Moi, y a que Rimbaud que j'aurais voulu rencontrer. Si je rencontre un génie qui me demande de faire trois voeux, ce sera mon premier souhait :-)) Evidemment Perec... mais j'aurais été trop timide aussi, alors...

attraper les mouches

Fumier