Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2006 4 21 /12 /décembre /2006 07:00
  Gradiva
dépeindre

 Dans Gradiva, nouvelle de Wilhelm Jensen rendue célèbre par son commentaire freudien, un archéologue tombe amoureux d’une jeune fille représentée sur un antique bas-relief. «Il tisse autour d’elle ses fantaisies, il lui imagine un nom [Gradiva] et une origine, il transporte cet être qu’il a créé dans la ville de Pompéi, ensevelie voici plus de 1800 ans.»
 Il se rend sur les lieux et, au cours d’une rêverie diurne, «tandis qu’il anime ainsi le passé par son imagination, il voit soudain, sans pouvoir en douter, la Gradiva de son bas-relief sortir d’une maison et, d’un pas léger, gagner […] l’autre côté de la rue.» On apprendra par la suite que la jeune fille  aperçue par l’archéologue est une amie d’enfance – à qui  son sentiment amoureux s’adressait en réalité, via le détour de  cette construction fantasmatique complexe.
 A l'exemple de Roland Barthes, oublions un instant cette fin et la leçon qu'en tire Freud, pour ne conserver que l'épure du délire de reviviscence que propose le conte de Jensen. Celui-ci se présente comme une variation sur le très ancien motif qui, de Pygmalion au Portrait de Dorian Gray, prête vie à la représentation - mais avec cette particularité que la dimension historique y remplit une fonction éminente.

André GUNTHERT

Le complexe de Gradiva, Théorie de la photographie, deuil et résurrection
                   
Ce texte d'André Gunthert, est extrait de  : Le complexe de Gradiva, Théorie de la photographie, deuil et résurrection,  qui fait partie du N°2 de la revue Études photographiques,  p 115
                   
On peut aussi aborder l'histoire autrement :

Dans le roman de Jensen, longuement étudié par Freud, un jeune archéologue Norbert Hanold tombe amoureux d'une statue de pierre. Il l'appelle, en raison de sa très jolie démarche, "La Gradiva", celle qui resplendit en marchant.

Une nuit il fait un cauchemar qui inaugure son délire. Il découvre que Gradiva est en fait une jeune pompéienne morte il y a deux mille ans. Elle a été ensevelie sous une pluie de cendres dans les ruines de sa ville au moment de l'éruption du Vésuve.

Sous l'influence de ce rêve, il part aussitôt en voyage en Italie et se retrouve errant sans but dans les rues de Pompéi. Soudain Il rencontre, dans l'atrium d'une maison, une jeune fille. Il pense aussitôt que c'est une apparition, le spectre de cette Gradiva revenue hanter les lieux aux chaudes heures de midi, mais c'est, en fait, l'espiègle et charmante Zoé, son amie d'enfance qui est, elle aussi, venue visiter ces lieux.

Celle-ci constate l'état mental désastreux du jeune homme et accepte de se déguiser en Gradiva pour réussir à le guérir de son délire et surtout réveiller à nouveau son amour pour elle. Elle réussit pleinement dans son entreprise. C'est une vraie psychanalyste de rêve.

Liliane FAINSILBER
extrait du site Le goût de la psychanalyse
texte intitulé "Que reste-t-il de nos amours…"
                   
Dépeindre.
Ces problèmes de représentation, de tentatives de restitution d'images écartelées par le temps et le fantasme sont complexes et passionnants.
Finalement, je m'y intéresse demain (peut-être).
                   
liens :

* texte de Sigmund Freud, Le délire et les rêves dans la Gradiva de W. Jensen

 
                   

                 

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

attraper les mouches

Fumier