Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2006 4 07 /12 /décembre /2006 07:00
  Le Cabinet du Docteur Caligari
ombres


 Les jeux d'ombres et de lumières qui créent un monde si particulier dans les films expressionnistes vont marquer profondément le cinéma allemand. Cette esthétique est sans doute le fruit d'une atmosphère émotionnelle liée au contexte politique mais on ne peut pas négliger les contraintes techniques auxquelles devaient se soumettre les opérateurs.
  
 Ainsi, il en va de la sensibilité des pellicules : il fallait éclairer énormément les sujets, ce qui rendait les visages très blancs, d'où la nécessité de cerner les yeux de noir pour accuser l'expression. Le reste de l'image, en périphérie, étant bien souvent plongé dans la pénombre ou le noir complet. L'effet de vignettage est repérable dans bon nombre de ces films.

Il ne faut pas négliger non plus la formation des acteurs, qui viennent tous du théâtre ainsi que celle des réalisateurs, également issus du même monde. Robert Wiene, réalisateur du Cabinet du Docteur Caligari, rejoint Max Reinhardt en 1911 à Berlin. P
our ses pièces, Max Reinhardt,  fut un des premiers à utiliser, comme décor, des jeux d'éclairages de type expressionniste bien qu'il ait toujours refusé d'être associé à ce mouvement. Il éclairait les éléments de ses décors à la base et obtenait ainsi des déformations, des projections d'objets aux arêtes vives, des ombres démesurées, expressives, et des éléments d'architecture qui  subissaient ces déformations et ces éclairages violents, et de ce fait paraissaient déchiquettés, pointus, obliques et inquiétants. Cela restera des éléments constitutifs de l'esthétique des fims de grands réalisateurs de l'époque tels Pabst, Murnau ou Fritz Lang. Certains de ces décors, au Deutsches Theater que Max Reinhardt  dirigeait, étaient constitués uniquement à l'aide de faisceaux de lumière et de projecteurs. Il s'agissait d'un procédé économique car les décors, en 1914 et juste après cette guerre qui laissait le pays meurtri et exsangue, étaient coûteux.
Ce qui ressort d'une nécessité matérielle va produire une esthétique dont vont s'alimenter les cinéastes.
 
Le Cabinet du Docteur Caligari en porte tous les stigmates.


A demain (peut-être).
         

séance à la cinémathèque :LE CABINET DU DOCTEUR CALIGARI ,  Samedi 16 Décembre 2006-19h00 -SALLE HENRI LANGLOIS -
         
illustrations :
* portrait de Max Reinhardt par Emil Orlik, source wikipedia
* photogrammes du film

liens
Max Reinhardt :
* Théâtre français, les grands metteurs en scène : Max Reinhardt
* wikipedia, Max Reinhardt
* le cinéma expressionniste, Max Reinhardt et l'expressionnisme
* dossier : Théâtre et cinéma : l'influence de Max Reinhardt et le « Kammerspiel »

Voir l'exposition à la  Cinémathèque française (Paris), 
Le cinéma expressionniste allemand, splendeurs d'une collection
         

       

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

attraper les mouches

Fumier