Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 07:00
M le Maudit, Fritz Lang
ombres

«Toujours...Toujours il faut que j'aille dans les rues... Et je sens toujours quelqu'un derrière moi... C'est moi-même...Et il me suit...»

Peter Lorre dans M le Maudit de Fritz Lang, 1931

Hantise du dédoublement. Le «moi» est terrifiant. Les ombres : celles qui déforment, celles qui dédoublent, celles qui sont menaçantes sont là, partout dans le cinéma expressionniste ou dans le cinéma ayant gardé des traces de l'expressionnisme.

Une très belle exposition intitulée Le cinéma expressionniste allemand, Splendeurs d'une collection se tient actuellement à la Cinémathèque française, au 51 rue de Bercy à Paris. La scénographie est remarquable. Le contenu est à la fois troublant, intelligent et d'une grande beauté formelle. Des dessins originaux de Walter Röhrig, un des décorateurs du célèbre film de Robert Wiene, Le Cabinet du Docteur Caligari, sont présentés dans cette exposition. J'en reparlerai, vraisemblablement.
illustration : photogramme extrait du film M le Maudit de Fritz Lang, 1931

liens M le Maudit :

* petit extrait du film . Peter Lorre - Dans le Hall du Roi de la Montagne

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

holbein 25/11/2006 08:07

Peer Gynt

holbein 25/11/2006 00:05

Tout juste. Le «Peer Gynt» siffloté, on l'entend dans l'expo.
Je crois que c'est le 1er film parlant de Fritz Lang ; même si siffler n'est pas parler, ça donne une sacrée dimension à ce sifflotement, qui annonce la mort...

laurence 24/11/2006 09:28

Je ne résiste pas au plaisir d'y ajouter de la musique :http://www.pianosamples.com/demo/PeerGyntPat3.mp3

attraper les mouches

Fumier