Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 07:00
    Yves Klein

Photographie inédite.
Se rappeler le texte :

 
Station : nous sommes à l’automne 1960. Le roi du ciel lève le rideau pour un nouvel acte de son monodrame. Yves, vêtu d’un complet d’homme d’affaire et d’une cravate, donne une démonstration de vol. Il se tient sur le rebord du 2e étage et regarde en bas vers la rue, puis en haut vers le ciel, sa demeure. Lorsque les photographes sont prêts, il bande ses muscles entraînés par le judo et s’élance avec un mouvement ascendant dans une liberté splendide. Fixant d’un regard intense le ciel (les yeux étincelants) sans penser à la dureté du sol au dessous de lui, il reste un instant suspendu au plus haut de son saut (on entend le déclic des appareils) puis s’élève avec grâce par dessus les toits de Paris, se perd dans les nuages un instant et disparaît dans l'’au-delà du ciel, sa demeure véritable.
Icare n'est pas tombé : l'abîme et le vertige, à la fois. Il s'agit ici de l'instant qui suit. Juste après.

Ne va surtout pas croire ça, lecteur ! La photographie (ci-dessus)  est un trucage. Un de plus. Alors, Yves le monochrome a-t-il réellement sauté ?

 
Il était certain de pouvoir voler. Il me disait qu’à une certaine époque les moines savaient entrer en lévitation et que lui aussi y parviendrait. C’était une obsession. Il était comme un enfant, réellement convaincu qu’il pourrait le faire.

Rotraut Uecker, sa femme

 Rumeurs et controverses foisonnent à propos de la fameuse photographie du saut dans le vide. Yves Klein a su entretenir l’ambiguïté. Aujourd’hui, même les photographes donnent des versions contradictoires.

Une chose est certaine à propos de la photographie parue dans Dimanche, (le journal d'un seul jour) : Un agrandissement réalisé à partir du négatif montre avec une évidence absolue la ligne de montage qui traverse la photographie de droite à gauche sous les pieds d’Yves Klein et qui part en zigzag dans le feuillage derrière lui.

Mais
l’histoire de cette action ne peut pas se résumer à cette photographie  :  il y eut en vérité trois sauts. Les circonstances et même les lieux furent différents. Évidemment les témoins furent également différents, d’où les confusions.
C’est Pierre Restany (le célèbre critique d’art, créateur des Nouveaux Réalistes) qui a failli être le témoin du premier saut. Yves lui annonce qu’il “va faire quelque chose d’important” et convie le critique d’art. Malheureusement Restany arrive en retard et trouve Klein dans une sorte d’extase mystique. Il semble avoir accompli un exploit physiquement épuisant et dit à Restany : “Tu viens juste de manquer un des événements les plus importants de ta vie. “
Restany va déclarer : “Il boitait légèrement à cause d’une entorse. En vérité, si je n’étais pas allé chez lui et si je n’avais pas été le témoin de l’état dans lequel il était, j’aurais toujours pensé que c’était un montage photographique.”

L’événement que relate Pierre Restany a lieu dix mois avant la fameuse prise de vue publiée dans Dimanche.

Tu auras compris, lecteur, que ce montage photographique est contemporain du billet que tu as sous les yeux et que j'en suis l'auteur.
(surveille bien le cycliste)

suite demain...
 
liens Yves Klein :

* exposition Centre Georges Pompidou, Paris
* Yves Klein, archives
* Insecula, biographie
* Mamac, Nice
* un texte sur Yves Klein
* artcyclopedia, Yves Klein dans le monde
* Wikipedia
*
biographie détaillée (pdf)


   

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

holbein 16/11/2006 16:21

Très sommairement (juste une image) : le 30 mai 2006 ; allez dans le sommaire car le lien que je vous avais mis ne renvoie qu'à la page sur laquelle nous sommes déjà.

Qu'est-ce qui vous attache à cet artiste ?

mbouchaib@laposte.net 16/11/2006 16:05

    je suis heureux  que vous partagiez mon point de vue . il est vrai que gerard deschamps  est trop souvent icgnore (je crois savoir  qu aucun f r a c ne pssede une de ses oeuvres) des institutions . pourriez vous me faire savoir  quand vous  avez evoque  son oeuvre . merci

holbein 11/11/2006 18:34

Tout à fait d'accord sur le côté mystique et également totalement irrationnel de Yves Klein. Iris Clert, sa galeriste, parlera de lui comme d'un «être habité» et d'un «poète de l'irrationnel». (Yves Klein, catalogue d'exposition 1983, p259).Quant à Gérard Deschamps, c’est juste. J’ai évoqué cet artiste, avec une «belle image» cueillie à la Force de l’art le 30 mai  2006 :http://espace-holbein.over-blog.org/archive-05-30-2006.html

mbouchaib@laposte.net 10/11/2006 20:04

tres belle exposition yves klein .;mais   son mysticisme prete  a rire  (ainsi sa devotion a sainte rita    les roses croix  ) par contre un membre des nouveaux realistes qu il reste a decouvrir  :  GERARD  DESCHAMPS  dont l oeuvre est superbe et helas trop  ignoree .

michel bouchaib 10/11/2006 19:57

tres belle exposition yves klein . cependant l homme est un peu trop mystique  a  mon gout  (ex  sa devotion a sainte  rita ) par contre il y a un membre  des nouveaux realistes   a redecouvrir . il s agit de  GERARD DESCHAMPS  qui a une tres belle oeuvre et qui est helas trop ignore .....

attraper les mouches

Fumier