Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 07:00
  Kimiko Yoshida




se perdre dans un visage
se perdre dans un visage

se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
se perdre dans un visage
   


photographie : Kimiko Yoshida, autoportrait
galerie Metropolis 
artnet magazine
   

Partager cet article

Repost 0
Published by holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

laurence 09/09/2006 18:44

Euh… le point virgule, le tiret et la parenthèse fermée, ça voulait dire que mon propos n’était pas sérieux… Allez, pour me faire pardonner ce mauvais humour :-( un très beau texte de Genêt, extrait de L’Atelier de Giacometti. Giacometti parlait d’une tête, mais Genêt, lui, parlait de visage et de blanc :« Une œuvre d’art ne s’aborde pas – qui  ne s’en doutait ? – comme une personne, comme un être vivant, ni comme un autre phénomène naturel. Le poème, le tableau, la statue exigent d’être examinés avec un certain nombre de qualités. Mais parlons du tableau.Un visage vivant ne se livre déjà pas si facilement, pourtant, l’effort n’est pas trop grand pour en découvrir la signification. Je crois – je me hasarde – je crois qu’il importe de l’isoler. Si mon regard le fait échapper à tout ce qui l’entoure, si mon regard (mon attention) empêche que ce visage se confonde avec le reste du monde, et qu’il s’évade à l’infini en significations de plus en plus vagues, hors de lui-même, et si, au contraire, cette solitude est obtenue, par laquelle mon regard le coupe du monde, c’et sa seule signification qui va affluer et s’entasser dans ce visage, - ou cette personne, ou cet être, ou ce phénomène. – Je veux dire que la connaissance d’un visage si elle veut être esthétique doit refuser d’être théorique. (…)A propos des dessins j’écrivais : « objets infiniment précieux… » Je voulais dire aussi que les blancs donnent à la page une valeur d’orient - ou de feux – les traits étant utilisés non pour qu’ils prennent valeur significative, mais à seule fin de donner toute signification aux blancs. Les traits ne sont là qu’afin de donner forme et solidité aux blancs. Qu’on regarde bien : ce n’est pas le trait qui est élégant, c’est l’espace blanc contenu par lui. Ce n’est pas le trait qui est plein, c’est le blanc. Et pourquoi donc ? C’est peut-être qu’en plus du palmier ou de la suspension – et de l’espace très particulier où ils s’inscrivent – qu’il veut nous restituer, Giacometti cherche à donner une réalité sensible à ce qui n’était qu’absence – ou si l’on veut, uniformité indéterminée – c’est-à-dire le blanc, et même, plus profondément encore, la feuille de papier. Il semble, encore une fois, qu’il se soit donné pour mission d’ennoblir une feuille de papier blanc qui, sans ses traits, n’eut jamais existé. »

Lyliana 08/09/2006 12:21

oui, tout à fait raison sur ma réponse d'hier et sur Giacometti...

holbein 07/09/2006 20:03

Lorsque Lyliana dit “trop intellectuel à mon goût”, la remarque s’adresse à la proposition de Laurence, je suppose. En effet, ce carré blanc sur fond blanc ne peut pas être une suite logique. Pour ce qui me concerne, la logique des visages préside…Le regard amoureux d’Harry Callahan a rendu Eleonora très belle à la faveur de cette série déclinée toute sa vie durant. Kimiko, dans sa réserve, est elle-même d’une grande sensualité. Rien d’intellectuel, là non plus ; au contraire. Demain, l’évocation d’une autre grande artiste, un peu oubliée, et d’une immense sensibilité.
Giacometti parlait d'une tête, je crois.

Lyliana 07/09/2006 11:10

Trop intellectuel à mon goût à côté de la photo d'Harry Callahan et ton commentaire. N'était-ce pas la seule question de Giacometti et je suppose de combien d'autres artistes?
Là on ne se perd dans rien, on glisse...il n'y a pas l'épaisseur de l'humain...

laurence 07/09/2006 10:30

L'image de demain, ce sera ça ? : http://www.bc.edu/bc_org/avp/cas/fnart/art/20th/painting/malevich1.jpg;-)

attraper les mouches

Fumier