Mardi 6 juin 2006 2 06 /06 /Juin /2006 07:00
2006 : Année Cézanne. Commémoration du centenaire de la mort de Paul Cézanne


Trois poires, Paul Cézanne, 1888-90
Henry and Rose Pearlman Collection
L'origine du monde, Gustave Courbet, 1866, Musée d'Orsay

Et si Cézanne avait confondu les femmes et les fruits, poses vivantes et natures mortes ?

Cézanne, on le sait, admirait Courbet.

Pour Courbet, qui n'accordait dans son art qu'une place mineure à la nature morte, tout en faisant passer une partie de sa sensibilité dans la manière de rendre tout ce qui est matière dans la nature -la fourrure, la pierre, le bois, le métal et le feuillage- avec un poids et une profondeur que seule une vision amoureuse des choses pouvait évoquer, pour Courbet donc, je crois que les énormes pommes qu'il a peintes pendant son incarcération après la Commune, ne remplaçaient pas seulement les visages familiers et le monde extérieur dont il était coupé ; on pourrait les voir plus poétiquement encore comme l'illustration littérale d'une phrase de son vieil ami le poète Buchon, franc-comtois comme lui, qui avait dit de Courbet "qu'il produit ses oeuvres aussi simplement qu'un pommier produit des pommes" - jugement qui prônait également les vertus de son caractère provincial, sa naïveté, sa robustesse, sa force paysanne, toutes qualités qu'il a données aussi à ses fruits.

Style, artiste et société, les pommes de Cézanne,
Meyer Schapiro, Éditions Gallimard, Paris, 1982, p 218

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Par holbein
Retour à l'accueil

attraper les mouches

sommeil comptable

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

zêtes les derniers

fumier

insupportable

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés