Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 09:31
  Pavel Braila, galerie Yvon Lambert
   
"Father’s Dreams" ("Rêves de père")

Un ensemble de peintures présentées par Pavel Braila qui expriment les désirs d'avenir d'un père pour son fils dans un contexte post-soviétique lourdement marqué par l'histoire.
Un père qui nourrissait des ambitions immenses pour ce fils qui finalement  deviendra artiste. Pour ce père, être artiste ce n'est pas une profession et il ne comprend pas  ce que fait son fils : 
« Quel genre d’artiste es tu qui ne peut même pas peindre un portrait ? ».
Les rêves de ce père aimant se sont succédés : Youri Gagarine était une figure exemplaire ; il fallait donc être cosmonaute. Puis musicien, accordéoniste
alors que sa soeur jouerait au violon. Mais l'enfant préfère le ballon rond et la sœur n'a pas l'oreille musicale... Être employé à la station-service ou horloger payait bien, également.
Le  père aurait souhaité que son fils fît des études d’agronomie pour devenir vinificateur. Interprète aussi ; et ainsi de suite ….

Il s'agissait pour ce fils de trouver une façon de ne pas décevoir le père, sans céder sur le fond. Faire "coller" sa véritable profession d'artiste aux espoirs d'un père qui ne voulait que son bien .Pavel a donc décidé de demander à un peintre de "réaliser" en images quelques rêves de ce père. Ce seront ces tableaux exécutés à la manière des tableaux de l'ère du réalisme socialiste, une forme traditionnelle afin de maintenir l’aspect artistique chère à son géniteur...
A côté de chaque peinture, un cartel qui rappelle le contexte et les rêves successifs du père.

           

un clic pour agrandir
peintures  cartels 


























 

 

   






Au delà du caractère anecdotique et de ce contexte historique et géographique bien particulier, il est touchant de constater l'universalité de ces sentiments qui unissent les pères à leurs enfants et peut-être plus particulièrement à leurs fils dans ce désir de réussite.
Le subterfuge mis en place par Pavel Braila s'inscrit dans une pratique contemporaine consistant à déléguer son travail  en s'adressant à des artistes/artisans professionnels produisant des œuvres au style stéréotypé très identifiable.
Il interroge ainsi la notion même d'artiste et retourne la question que lui pose son père :
« Quel genre d’artiste es tu qui ne peut même pas peindre un portrait ? ».
 

         
 




Pavel BRAILA

YVON LAMBERT PARIS
108, rue Vieille du Temple 75003 Paris
jusqu'au 21 juin 2008
WANT de Pavel Braila (clic...)





Comment être artiste et ne pas décevoir son père ?


           






           

Partager cet article

Repost 0
Published by espace-holbein - dans espace-holbein
commenter cet article

commentaires

di Brazza 13/06/2008 15:15

En toute franchise Holbein, ça ne vous pose pas un peu question cette fashion de la délégation fashione ? A quand le prochain Pascal Quignard signé par le nègre de Loanna? Vraiment, non, là, moi : je peux pas. Autant je peux ressentir une vraie émotion devant d'humbles tableaux réalisés par d'humbles artisans exposés Galerie Dimanche, les mêmes tableaux que ceux-ci ou à peu près; autant dans ce cadre là, lequel connait sur le plan mondial un succès aussi foudroyant que les petits pains à Canaan : je fais la grève de la faim.Ce pain là je le mange pas. Messieurs les commissaires, gardez le pour vos poules: c'est bon pour les dents.Bref: aussi intéressant qu'Annette Messager, c'est tout dire.Evidemment c'est pas pour vous, Holbein, que je dis ça. Ce genre de réactions (réaques?) je l'ai à chaque fois avec un certain nombre de copains toujours sur le quai de la gare, peur de le manquer, le train. Mais bon, vu le prix du transport en (lieux) communs, je reste persuadé, tout bêtement ça va de soi, que c'est pas encore aujourd'hui que j'abandonnerai ma bicyclette tous terrains.amications menvoulépattesdB

attraper les mouches

Fumier