Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 08:06
  Helen SCHJERFBECK
undefined
    C’était en 1987, au Petit Palais à Paris. Une exposition particulièrement étonnante était montrée qui me faisait découvrir des peintres que je ne connaissais pas, des peintres au nom bien souvent imprononçable et surtout des tableaux illuminés d’une lumière que je découvrais comme si un éclairage interne, particulier, était fourni avec la toile. Cette exposition s’appelait précisément Lumières du Nord et son propos était de rassembler un certain nombre d’œuvres d’artistes de ces pays du Nord de l’Europe, ces pays où le cycle du jour et de la nuit  ne ressemble en rien à celui que nous connaissons.

Et je me rappelle avoir été fasciné par les tableaux  d’une artiste ne montrant pas d’extérieurs (enfin, ceux qui étaient accrochés aux cimaises de cette exposition) : 

Cette artiste s’appelait Helen Schjerfbeck.
 
  Je me suis juré de retenir ce nom que je ne sais toujours pas prononcer. J’ai donc découvert les autoportraits  de cette femme et ma question était de savoir  ce qu’il avait fallu vivre pour quelqu’un qui l’engagerait dans un tel traitement de sa personne. Ces autoportraits sont en effet d’une rare exception. Les derniers, notamment. Non seulement cette femme a une façon extrêmement appuyée et dérangeante de se regarder mais ce regard semble adressé à n’importe lequel d’entre nous au moment où on  le croise. Il donne l’effet d’un reflet de soi-même, avec tout l’abîme de l'incompréhension  que l’on a à saisir ce qui ne peut que nous échapper à jamais, cet espace infini, cette espèce de trou, de vide, de sans-fond que nous devinons et qui est irreprésentable.

           
undefined  undefined  undefined   undefined  undefined   undefined 
Plastiquement Helen Schjerfbeck se montre un très grand peintre et  ces autoportraits sont l’aboutissement d’une peinture qui élague au fil du temps, qui soustrait le superflu, qui vide du nécessaire (ce ne sont que des prétextes de peintre) pour finalement atteindre à l’essentiel et peut-être mieux à l’irréductible.  Les derniers autoportraits sont faits de traits, de quelques traces, de la forme très schématique d’un crâne ou d’un lavis sans éclat mais l’intensité créée par ce peu d’éléments est d’une redoutable efficacité.

Je pourrais évoquer la vie de cette femme finlandaise tourmentée mais décidée, ses voyages (notamment à Paris) ses rencontres décisives,  ses déceptions amoureuses qui ont sans doute été des moteurs pour sa peinture mais ce ne serait qu’une série d’épisodes biographiques comme nous pouvons chacun en vivre ou bien d’anecdotes qui n’éclairent pas sur la peinture ou sur la détermination d’un artiste à passer à l’acte.

Une exposition à voir. Vite. Jusqu’au 13 Janvier 2008




Helen Schjerfbeck 1862-1946

Exposition du 20 octobre 2007 au 13 janvier 2008
Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris
11 Avenue du Président Wilson Paris 16e
           
           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

espace-holbein 11/10/2009 14:53


Très grand peintre. Une vie -de femme- assez difficile.
Le catalogue de l'expo parisienne est bien.


Philippe 11/10/2009 12:12


Je rentre d'un voyage à Stockholm, pendant lequel, attiré par une affiche qui représentait un portrait d'une grande austérité, je me rends à une exposition sur les peintres finlandais du début du
siècle.

Dans un océan de classicisme, une petite salle à peine éclairée montre quatre tableaux de Hélène Schjerfbeck. Ce fut pour mois un véritable choc de découvrir cette artiste. Des portraits d'une
grande économie de moyen, mais d'une profonde émotion. Je la rapprocherais d'Egon Schiele dans l'émotion dégagée. Je n'ai pu m'en détacher qu'au prix d'un grand effort.

Heureusement j'ai trouvé un ouvrage retraçant son oeuvre, magnifique, et la vendeuse a bien voulu prononcer pour moi ce nom, sans cacher son étonnement.

Je ne peux que chaleureusement conseiller de ne pas manquer l'occasion de découvrir cette artiste, mal connue en Europe du sud, et je crois célébrée en scandinavie.




espace-holbein 05/01/2008 18:31

J'aurais dû en parler plus tôt, c'était l'occasion de venir à Paris.Merci, en tout cas.

Werner Pfarr 03/01/2008 12:31

Merci holbein pour cette belle découverte ... habitant Nice, on est un peu en manque d'expositions touchantes comme celle-ci ...

attraper les mouches

Fumier