Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 19:44
  Définition de l'art
vanuatu-300.jpg Pauvres malheureux qui êtes sans cesse à la recherche de la définition de l'Art, j'ai enfin trouvé. Remerciez-moi. 
Il faut faire un détour par le Vanuatu. Mais, tu vas voir, lecteur, c'est efficace.

Cette définition  est rapportée par Kirk Huffmann qui est le grand spécialiste anthropologue du Vanuatu.
Avant tout
il faut savoir que la vie sociale du Vanuatu n'est pas possible sans les cochons.
Il s'agit d'un système de grades, avec des cérémonies, tout se paie (comme dans toute la Mélanésie : un chant, un rituel, un masque, l'entrée dans un grade...) et ce qu'il y a de plus précieux (pour payer) ce sont les cochons dont on a enlevé la canine inférieure afin de faire pousser la canine supérieure de manière artificielle pour qu'elle s'enroule et  plus le cochon vieillit, plus le nombre de tours devient important, plus le cochon vaut cher; il peut devenir sacré et on paye même pour le voir.
Hufmann a fait du terrain longtemps, il y est encore, c'est possible  (conservateur du centre culturel là bas); et tout jeune, raconte-t-il, il voulait savoir ce qu'était  l'art aux yeux des habitants du village dans lequel il vivait.
Il ne réussissait pas à se faire comprendre.
Un jour, un homme vint le voir lui disant qu'il avait peut-être compris ce qu'il voulait dire avec le mot "art". Il lui expliqua que lorsqu'il voyait son cochon uriner et le soleil se lever derrière le cochon, alors la couleur de l'urine dans ce soleil levant , ce devait être cela de l'art.

Cette définition de l'art qui nous renvoie à une certaine humilité m'a été rapportée par celle qui nous enchante par son savoir et  sa curiosité sur le blog Détours des Mondes.
Je la remercie encore une fois.
   
   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Eddie 27/06/2013 12:52


Bonjour, nouveau concept d'exposition sur le web www.icidexpos.com bonne visite amicalement Eddie.

j 18/06/2010 21:44



les tours transpercent les joues du cochon


 



Bertrand 14/12/2007 00:58

La question et l'exemple sont intéressants, sutout situés sur ces terres magnifiques d'Océanie. ;-)Ils m'en évoquent un autre. Une grande sculpture au milieu du salon d'amis parisiens. Tout le monde de s'ébahir devant ce mouvement, ces formes, l'origine de l'oeuvre, le nom de l'artiste, les courbes subtiles du fer, le talent dand le travail du métal...Et ces amis d'en rire, et de ne rien révéler sur l'origine de la sculpture... pour à la fin de la soirée, annoncer tout simplement qu'il s'agit du socle d'une charrue chinée en brocante !L'art est-il détournement ? Un débat commençait ainsi sur le pas de la porte. Peut-il venir de l'utilitaire ? Est-il toujours gratuit ? Porteur d'un message, de sens...Et d'autres dévoquer ces jeunes peintres rencontrés lors des parcours d'artistes dans certaines villes du Nord. Observant leurs oeuvres ils demandaient " qu'est-ce qui vous guide dans votre création ?" Et là les réponses étonnent :- je ne sais pas, cela vient comme cela...- l'oeuvre n'a pas de titre, c'est à celui qui la visite de lui donner un nomLa création, une oeuvre est-elle le fruit de la conscience ou une approche hasardeuse, spontanée ? Comme "l'écriture automatique" des surréalistes ?Ce qui me passionne dans l'art aborigène, c'est cette rencontre au sein d'une oeuvre : d'un mythe, de codes esthétiques, de messages, d'harmoniques avec la nature...

Lyliana 09/12/2007 10:52

Il est vrai qu'abordant les arts d'Océanie, on est amené à approcher les objets du point de vue de l'intentionalité. Voir les "phénomènes" artistiques comme liés à une socialité (générateurs? de relations sociales), comme des métaphores matérielles... le corps tatoué, percé, dansé, déformé; l'igname décoré, la cérémonie d'initiation... tous ces exemples mettent à mal nos catégories artistiques et la dichotomie objet d'art/objet de la culture matérielle... Les objets ont une valeur (d'échange, symbolique..), un potentiel... tel est le cas de l'exemple que tu rapportes. Il nous met d'une certaine façon en alerte sur la question de revoir "nos catégories", sur notre idée d'une oeuvre d'art qui ne peut avoir une utilité réelle fonctionnelle, que l'oeuvre n'est pas un produit fini mais le résultat d'un processus matériel social-culturel. Lorsque l'objet se présente à nous c'est un moment de l'histoire de l'objet... la dent du cochon qui fait plusieurs tours parce qu'il y a eu tout un processus pour arriver là puis est portée en parure, conférant statut... Regardez-la dans une vitrine du Musée du Quai Branly et vous repenserez à tout cela, à tout le travail, le soin, la patience, à toutes ces relations, ces échanges... Cela m'évoque l'exemple des souliers de Van Gogh et Heidegger qui explique si bien que dans le creux de la chaussure est inscrite la fatigue du pas du laboureur, que l'on sent la terre grasse et humide puis le chemin de campagne qui se perd dans le soir.

attraper les mouches

Fumier