Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2007 7 11 /11 /novembre /2007 17:52
   stupeur
COURBET-desespere-300.jpg
La stupeur est assurément une des  composantes de l'œuvre.

Le stupide, c'est celui qui ne comprend pas.

La stupeur c'est aussi l'état dans lequel on se trouve quand on ne comprend pas ce qui est en train de se passer.

Cette stupeur est nécessaire à la fabrication de
l'œuvre parce que sans la stupeur, si quelqu'un n'arrive pas à être lui-même stupéfait par ce qu'il est en train de faire, l'œuvre  ne peut pas créer cette situation chez le spectateur*.
 
   
illustration : Le Désespéré, Gustave Courbet - 1843-45 - huile sur toile - 45 x 54 cm. © collection particulière
* Giuseppe Penone  
Partager cet article
Repost0

commentaires

L
Si l'on est "frappé" de stupeur, paralysé, immobile; cela ne signifie-t-il pas que l'instant vient après l'oeuvre, condition nécessaire à son achèvement mais peut-être pas à sa réalisation, à sa mise en route ?<br /> Effectivement, à travers l'oeuvre il est déjà probablement dans un monde que celle-ci a ouverte.
Répondre
E
Bonsoir, amis de la «stupore»...Comme quoi être «stupide» n'a rien de dégradant. Comme être«idiot» d'ailleurs car l'idiot  commerce avec la singularité.Le stupide s'ouvre au monde, à travers l'œuvre ; il est fragile et généreux. Le jugement des autres ne l'atteind pas : il est au-delà.
Répondre
M
Bonjour Monsieur Holbein, et enchantée que vous soyez en collaboration avec Clansco.. vive les cyberpartenariats d'artiste...A bientôt,minotorero
Répondre
T
Stupeur étonnante !
Répondre
M
Le stupide est celui celui qui nie sa stupidité après avoir compris.La stupeur, c'est quand on regarde l'autre nier sa stupidité.
Répondre

attraper les mouches

Fumier