Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 14:59
   
ruines



mantegna1-200.jpg
Sous les pieds de Saint Sébastien, des fragments éclatés de sculptures de l'Antiquité. A côté, un pied de pierre, brisé. Le saint est attaché à une colonne qui appartenait à un temple effondré. Les ruines sont ici signe d'espoir : c'est la victoire du christianisme sur le paganisme.
 Ce Saint Sébastien montre l'ambivalence du thème de la ruine : tantôt la destruction et sa cohorte de malheurs, tantôt  la victoire et l'espoir d'un monde nouveau.
Ne perdons pas de vue que le temps est perçu comme un élément destructeur et que cette poétique de la ruine servira ce propos. Le XVIIIe siècle passant par là, le sublime va s'immiscer et les ruines vont envahir les tableaux.
Diderot pourra écrire : «Ô les belles, les sublimes ruines (...) Les idées que les ruines éveillent en moi sont grandes. Tout s'anéantit, tout périt, tout passe,il n'y a que le monde qui reste, il n'y a que le temps qui dure. Qu'il est vieux ce monde ! Je marche entre deux éternités.»*
                   
illustration : Le martyre de Saint Sébastien, (en haut, détail), vers 1480, Andrea Mantegna, Paris, musée du Louvre

* Denis Diderot, Salons, vol III,  1767 (cité par Daniel Arasse in
Anselm Kiefer, Éditions du regard, 2007, p279)


                   
                   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

holbein 04/10/2007 22:57

Oui, effectivement, on est dans la même logique : l'affirmation de la domination de la  religion chrétienne sur toutes les croyances païennes.

untel 04/10/2007 13:02

Ceci me rappelle "Le Triomphe de la chrétienté", peint par Tommaso Laureti.

attraper les mouches

Fumier