Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 18:06
 ruines
suzuki10-300.png suzuki1-300.png
suzuki23-300.png suzuki14-300.png
   
La barrière de chair   (photogrammes)        Seijun Suzuki              ruines

鈴木 清順

   
Le monde des ruines et du chaos. Tokyo, le Japon de l'immédiate après-guerre. L'humiliante défaite. L'arrogante présence américaine. Tokyo, la jungle : bouffer ou être bouffé. La peur, la criminalité, le bizness, les cadavres, ceux qui meurent de faim. Un monde de pauvres, d'égarés,  de désœuvrés, de caïds inquiétants et de filles qui se vendent aux soldats.
Seijun Suzuki met en scène quatre filles, quatre prostituées qui vivent sous terre, dans les décombres. Le monde du dessous, de la nuit, celui des rats. Au dessus c'est sans règles, sans morale. Au dessous, c'est une petite socièté d'amazones où il est interdit d'enfreindre la règle stricte de la communauté des filles qui se font payer pour continuer à vivre. Celle qui s'en écarte est torturée. Une lutte à mort. Une lutte de chaque instant.

Suzuki Seijun dans La barrière de chair (tourné en 1964) met en scène la ruine, l'effondrement du réel, des sentiments, de la morale. Les ruines sont ici des signes dans le paysage, ce sont des stylisations, et le réalisme se situe ailleurs. Ce film extravagant est un objet incendiaire. Les corps c'est ce qui se désire, se caresse mais c'est aussi ce qui est battu, ce qui est découpé, c'est la viande, le sang, et l'objet du commerce.


L'action se déroule à la même époque que celle du film d'Alexandre Soukourov, Le soleil.
   

Partager cet article

Repost 0

commentaires

attraper les mouches

Fumier