Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 19:44
  Komar et Melamid
         
komar-melamid-200.jpg


Komar et Melamid


"
L'Origine du Réalisme Socaliste"
1982-1983






+ meninas

         
         

Partager cet article

Repost 0

commentaires

laurence 30/05/2007 23:18

Ca marche mieux avec un seul mot répété. Exemple : Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Peter-Pan Etonnant, non ?

holb 30/05/2007 11:16

j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, j'aurais voulu ne jamais grandir, etc.Les mots et les images créent des frictions : je parle et les gens entendent autre chose...

KA 30/05/2007 08:16

Il s'agit, en définitive, du jeu du "ceci n'est pas une pipe" poussé un peu plus loin, jusque dans ses limites.

laurence 29/05/2007 21:01

ah oui j'adorais faire ça quand j'étais petite, répéter mon nom (ou un autre) plusieurs fois à suivre :-) et aussi écrire plein de fois un mot jusqu'à plus le reconnaitre et voir seulement le dessin des lettres. Faudrait pas grandir ;-) ça marche encore, c'est juste que je pense plus tellement à le faire...

holb 29/05/2007 14:39

Susciter un questionnement, c'est ce qui est intéressant.Je vais essayer de ne pas être trop clair de telle sorte que le questionnement se prolonge ;-)Bon, soit des mots et des images. Il s'agit bien de cela.Les images seules peuvent avoir du sens ou plutôt plusieurs sens. Tout dépend de ce que nous y apportons.Les mots également , mais nous ne nous en rendons pas trop compte car nous sommes persuadés que les mots sont précis, utilitaires, efficaces.Lorsque l'on met sur le tableau de Velazquez les mots : Voici Velazquez, ceci est un miroir, et une naine à l'emplacement précis où l'on reconnaît Velazquez, le miroir et la naine, cela est une légende (intégrée à l'image) et ça ne pose aucun problème à priori (si l'on sait que le miroir en est un, par exemple).Si ces trois légendes conservent leur place exacte les unes par rapport aux autres et sont plaquées de façon aléatoire sur d'autres tableaux, et si l'opération est répétée de nombreuses fois, le hasard des emplacements, la confusion créée par les déplacements de sens et les écarts que cela produit, ce que nous savons des tableaux utilisés , tout cela nous fait douter des mots que nous employons, nous fait peut-être (par la pratique de ce jeu) nous interroger sur l'efficacité et la légitimité de ces mots que nous employons tous les jours et en fin de compte relativise le crédit que nous leur accordons sans trop y penser.Les mots, à force d'usure, prennent parfois une drôle d'allure. Dans un film de Truffaut («Baisers volés», je crois) il y a une scène que je trouve très belle : c'est celle où Jean-Pierre Léaud est dans la salle de bains, se regarde fixement dans la la glace et répète son nom, à haute voix, sans interruption : "Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, Antoine Doisnel, ,etc.». Son nom, il l'entend comme un son étranger, quelque chose qui ne lui appartient plus. Il se produit, du fait de ce jeu anodin, un décollement du sens.Faîtes l'expérience, c'est enivrant et on apprend énormément...

attraper les mouches

Fumier