Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2007 5 18 /05 /mai /2007 09:45
  Film, Samuel Beckett
exposition Centre Georges Pompidou



           
C’est un petit film d’une vingtaine de minutes, à peine. Un film de Samuel Beckett : étonnant ? Et le seul film de Samuel Beckett. Et l’acteur qui joue dans ce film n’est autre que … Buster Keaton ! Tout ça a l’air d’être une invention : pas du tout.
Ce film s’appelle Film, tout simplement et date de 1965.

Moi qui suis passionné par tout ce qui touche au regard, je suis aux anges… Car c'est bien de cela dont il est question dans ce petit ovni cinématographique.


Suite de Film

       
beckett-21.JPG beckett-23.JPG beckett-22.JPG beckett-24.JPG beckett-25.JPG beckett-28.JPG
           
Et là, rentré chez lui, les ennuis continuent. Tout prend de l’ampleur. Sur un de ses murs est accrochée la reproduction cadrée serré du visage aux immmmmmmenses yeux d’un orant de l’époque sumérienne. Et il y a fatalement le miroir, que le bonhomme va recouvrir prestement d’un manteau noir. Et vient un épisode rigolo : celui des animaux, ou plus précisément du regard que les animaux portent sur le petit bonhomme au chapeau plat ; la crainte d’être regardé. Un chat et un petit chien ridicule (un chihuahua, choisi pour ses yeux exorbités) blottis dans un panier. Et qui l’observent. Il va tenter de s’en débarrasser en les jetant alternativement à la porte mais à chaque fois qu’il ouvre sa porte pour mettre le chat dehors, le chien entre à nouveau, traverse la pièce et retourne au panier ; ensuite l’inverse se produit. Le gag se répète plusieurs fois. C’est drôle et dans la veine des films comiques muets de la belle époque de Keaton.
           
beckett-26.JPG beckett-29.JPG beckett-30.JPG beckett-32.JPG beckett-34.JPG beckett-36.JPG
           
Tout va continuer à le regarder : le miroir, la statuette aux grands yeux, le dossier de son fauteuil, les deux attaches rondes et obsédantes d’une chemise cartonnée renfermant des photographies, le petit perroquet dans sa cage, et jusqu’au poisson rouge aux yeux qui finissent par phagocyter l’écran.
           
beckett-38.JPG beckett-37.JPG beckett-41.JPG beckett-42.JPG beckett-44.JPG beckett-43.JPG
           
Buster Keaton va faire disparaître un à un ces témoins, scrutateurs, voyeurs potentiels : tout va être recouvert de tissu sombre : le miroir, la cage, l’aquarium et le visage au grands yeux interrogateurs est déchiré, ainsi que les photographies de son enfance sorties une par une de son petit dossier et déchirées soigneusement puis jetées au sol.
L’acteur est toujours filmé de dos.
Parmi ces photographies, une va se distinguer : celle où on va le voir de face, nous permettant ainsi de constater qu’un de ses yeux est recouvert d’un cache noir.
La caméra va tourner autour de lui, assis dans son fauteuil. Il va lever sa tête, et l'on va pouvoir enfin découvrir son visage. Le petit bonhomme mystérieux cache ses yeux dans la paume de ses mains et hurle en s’approchant de l’objectif de la caméra, finissant par nous révéler l'impossible, son désastre intérieur. Avant de retrouver le calme et la résignation. Gros plan final sur l’œil, la pupille.

beckett-1.JPG
FILM by Samuel Beckett Starring Buster Keaton
Edited by Sidney Meyers
Directed by Alain Schneider
Samuel Beckett’s Film
Produced by Evergreen Theater, Inc.
Copyright 1965 by Evergreen Theater, Inc.-All rights reserved
           



Samuel Beckett
exposition Centre Georges Pompidou

14 mars-25 juin 2007

           
           

Partager cet article

Repost 0

commentaires

holb 21/05/2007 18:02

Merci pour tous ces  conseils et remarques. Il y a effectivement des choses que je connais et d'autres à découvrir. J'ai hâte de découvrir le Depardon.

laurence 21/05/2007 15:27

On peut voir le film ici:http://www.youtube.com/watch?v=S-ipz7eSZnUmais c'est intéressant de découvrir un film à travers un récit écrit...Y a un super bouquin de Manuel PUig comme ça : Le Baiser de la femme araignée, un prisonnier qui raconte à son compagnon de cellule les films qui l'ont marqué. tu connais ? En tout cas, merci pour la découverte Keaton / Beckett :-)puisque tu es passionné par ce qui touche au regard, tu as vu le documentaire de Depardon sur les paysans, avec un des paysans qui a perdu un oeil ? Après avoir longtemps montré l'homme avec son bandeau noir, Depardon filme l'infirmière venant nettoyer l'orbite... Aussi impressionnant que l'oeil coupé au rasoir dans Un Chien andalou !! Bernard Noël a également écrit un texte dans lequel il raconte qu'au moment de la Commune, des bourgeoises avaient crevé les yeux des communards avec leurs épingles à cheveux. Je rechercherai le texte... Tu dois aussi connaître L'oeil Pinéal" de Bataille... Etc. Etc.

attraper les mouches

Fumier