Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 10:45
Laocoon
Images sans voix

laocoon-200.jpg La question de la représentation de la douleur dans l'art et d'une de ses expressions, le cri, va animer très tôt la réflexion des théoriciens et bien sûr des artistes eux-mêmes.

En 1506 on découvre, en Italie, une étonnante sculpture en marbre de l'époque hellénistique. Ce groupe sculpté qui va émouvoir et déchaîner les passions représente une scène que l'on associe immédiatement à un texte que Virgile a écrit pour l'Énéide : deux serpents géants sortent de la mer et viennent étouffer le prêtre Laocoon et ses fils.
Cette sculpture, Pline l'évoque dans son Histoire Naturelle, XXXVI, 37. On sait que la période hellénistique aimait représenter les scènes faites de brutalité et de violence et on reconnaît à ses artistes la capacité de rendre compte efficacement de sentiments forts portés par l'émotion. On peut néanmoins se demander quelle était véritablement l'intention des artistes qui ont sculpté ce Laocoon.
S'agissait-il pour les auteurs de ce groupe sculpté de faire preuve de leur maîtrise ? A travers cette maîtrise, s'agissait-il de transmettre une morale, une leçon ? Si tel était le cas, la qualité de l'expression représentée sur le visage devait être irréprochable.

A l'époque de la Renaissance, on voyait dans cette sculpture ce qui se faisait de mieux du point de vue de l'imitation de la nature ; on y reconnaissait également un modèle d'expression. Ce qui s'est rapidement constitué comme un idéal antique a servi la réflexion de grands théoriciens, historiens et philosophes de l'art, notamment du XVIIIè siècle, tel Lessing ou Winckelmann.
A travers ce cri Lessing voyait «une représentation de la douleur tempérée par le désir de ne pas détruire la beauté par excès d'expression». Quant à Winckelmann, sa réflexion sur le Beau l'a conduit à voir dans cette expression du Laocoon «une douleur dominée par la grandeur d'âme».


Lecteur, je vais peut-être y revenir dans les jours qui viennent...

illustration : groupe du Laocoon, marbre, approx. entre 50 avant J.C. et 0. Artistes : Polydoros, Hagesandros, Athénodoros, Musées du Vatican - Chapelle Sixtine

Partager cet article

Repost 0

commentaires

attraper les mouches

Fumier