Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 09:00

Têtes de caractère
Images sans voix

messerschmidt1-100.jpg Un homme qui crie, qui hurle. La pose est étonnante, hurlante de vérité. J'ai beau m'approcher : le silence est ahurissant. La solution se trouvera peut-être dans cet autre portrait (à droite) du même artiste. La bouche est barrée d'un sparadrap... Là, le cri est contenu (ce portrait a été acheté par le Musée du Louvre en 2005). messerschmidt2-100.jpg
Franz Xaver Messerschmidt (1736-1783) est un sculpteur qui a développé une œuvre à la fois très classique pour son époque mais totalement décalée, curieuse, d'une grande originalité dans le cadre de cette sculpture du XVIIIe siècle. Artiste baroque autrichien il fera des portraits sculptés de ses contemporains mais c'est surtout les bustes illustrant ses têtes de caractère qui laisseront des traces de lui jusqu'à nos jours.

Il s'agit d'une galerie stupéfiante de personnages grotesques, grimaçants et censés illustrer les traits du caractère jusqu'à la caricature.
Messerschmidt commença à réaliser ces têtes en se prenant lui-même pour modèle et força son visage à exécuter les grimaces les plus invraisemblables en se regardant dans le reflet d’une vitre. Ces têtes l'occupèrent de 1770 jusqu'à sa mort.
Il fréquentait un certain Lavater qui développait des théories autour d'une pseudo-science, la physiognomonie, qui trouvera ses prolongements dans la morphopsychologie. La démarche se voulait expérimentale pour
Franz Xaver Messerschmidt qui souhaitait trouver des correspondances entre les grimaces et les endroits douloureux de son corps. Les relations entre l'art et les sciences se voulaient actives au XVIIIe siècle, qui est, ne l'oublions pas, le siècle des Lumières. Ainsi, les têtes de caractère qui explorent ces relations et décrivent la douleur.

On évoquera sa «santé curieuse», euphémisme pour dire, sans doute, qu'on le considérait fou. Plus vraisemblablement, c'est le plomb, qu'il utilisait pour sa sculpture, qui a détruit sa santé.

Une exposition de l'œuvre de Franz Xaver Messerschmidt a lieu actuellement au Liebieghaus à Francfort (jusqu'au 11 mars 2007).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

holb 04/03/2007 19:15

En effet, on a vu cette sculpture de droite à "Portraits publics/portraits privés" (elle appartient aux collections du Louvre).
Pour l'"exclusion" de l'enseignement dont il fut victime, on dit, en tout cas, qu'il fut poussé à la retraite...

Lunettes Rouges 02/03/2007 23:53

La tête de droite était dans l'exposition Portraits publics, portraits privés. Je crois que Messerschmidt était déjà fou (et fut exclu de l'enseignement) avant de vivre en reclus et de se mettre à sculpter ses têtes de plomb.
Ce site sur lui est très complet : http://www.limmat.ch/schmid/fxm/

holb 14/02/2007 10:30

C'est vrai, l'Ame au corps, superbe exposition (comme celle qui a suivi plusieurs années après : Mélancolie, d'ailleurs). Et Duchène de Boulogne, effectivement : de belles grimaces en perspective...

eska 11/02/2007 13:00

J'attends avec impatience une note sur Duchène de Boulogne et le rappel de l'inoubliable exposition du Grand Palais "L'Ame au corps"...
Merci holbein !

attraper les mouches

Fumier